Côte d’Ivoire : Hamed Bakayoko est mort

0
102

Le gouvernement ivoirien a confirmé la nouvelle de son décès. Le Premier ministre avait été transféré en Allemagne samedi pour des soins complémentaires.

Le Premier ministre ivoirien, Hamed Bakayoko, 56 ans, a rendu l’âme. Le gouvernement ivoirien a confirmé la nouvelle de sa mort ce mercredi soir.

“Notre pays est en deuil. J’ai l’immense douleur de vous annoncer le décès du Premier Ministre, Hamed Bakayoko”, a déclaré le président Alassane Ouattara. Celui qui était aussi ministre de la Défense est mort du cancer, a ajouté le président ivoirien. Alassane Ouattara a rendu hommage à son “fils et proche collaborateur, trop tôt arraché à notre affection”.

Samedi (06.03), Hamed Bakayoko avait été transféré au Centre hospitalier de Fribourg en Allemagne pour poursuivre des soins.  Plusieurs sources contactées par la DW avaient conclu à un cancer du foie. Le Centre hospitalier où il a été hospitalisé en Allemagne est réputé dans le traitement du cancer.

Lire aussi → Côte d’Ivoire : Hamed Bakayoko en Allemagne pour des soins

La nouvelle du décès du Premier ministre Hamed Bakayoko a rendu les Ivoiriens tristes.

“C’est triste, on vient d’apprendre le décès de Hambak (Hamed Bakayoko)”, a déclaré une source de son entourage. Alassane Ouattara a tenu à saluer un Premier ministre qui “a servi la Côte d’Ivoire avec dévouement et abnégation. C’était un grand homme d’Etat, un modèle pour notre jeunesse, une personnalité d’une grande générosité et d’une loyauté exemplaire”.

Rassembleur et fidèle

Amadou Gon Coulibaly, décédé, avait été Premier ministre sous Alassane Ouattara

Hamed Bakayoko était un rassembleur, proche des jeunes. Il prônait le dialogue avec l’opposition, notamment après la présidentielle d’octobre dernier.

De l’homme, on retiendra notamment qu’il était un fidèle collaborateur du président Ouattara, un homme auprès de qui il s’était engagé au début des années 1990 quand Alassane Ouattara était alors Premier ministre. Son engagement lui vaudra quelques mois de prison en 1993 en tant que patron du journal “Le Patriote”, très favorable à Alassane Ouattara.

Il est nommé ministre des Nouvelles technologies et de l’Information en 2003 au sein du gouvernement d’union nationale, sous les couleurs du Rassemblement des Républicains, RDR, le parti d’Alassane Ouattara.

En 2011, quand Ouattara accède au pouvoir, Hamed Bakayoko est propulsé au poste de ministre de la Sécurité et de l’Intérieur pour devenir, quelques années plus tard, ministre de la Défense.

A la mort d’Amadou Gon Coulibaly en juillet 2020, il hérite du poste de Premier ministre et apparaît désormais comme le dauphin du président Ouattara.

Hamed Bakayoko était considéré comme l’ami des jeunes

Un amoureux de la rumba

Hamed Bakayoko était un vrai amoureux du show, de la musique congolaise, le ndombolo et la rumba.

Il était le parrain de plusieurs artistes ivoiriens dont feu Arafat DJ et DJ Débordo Likunfa.

Hamed Bakayoko était réputé généreux, n’hésitant pas à venir en aide aux plus démunis.

Lire aussi → Deuil en Côte d’Ivoire : Amadou Gon Coulibaly est mort

Hamed Bakayoko avait quitté la Côte d’Ivoire en plein processus électoral, avant la tenue des élections législatives du samedi (06.03). Il avait pu être réélu député à Séguéla (centre-ouest de la Côte d’Ivoire).

Après un séjour en France, le président Alassane Ouattara a désigné lundi (08.03) le secrétaire général de la présidence, Patrick Achi, comme Premier ministre par intérim. Téné Birahima Ouattara, ministre des Affaires présidentielles et petit frère du président, a été nommé ministre de la Défense par intérim.

Hamed Bakayoko meurt ce 10 mars 2021, à moins d’un an du décès de son prédécesseur, Amadou Gon Coulibaly.

L’annonce de sa disparition a provoqué une onde de choc dans toute la Côte d’Ivoire. Sur les réaux sociaux, les messages de condoléances abondent et la classe politique, toutes tendances confondues, rend hommage au disparu.

Le 8 mars dernier il a eu 56 ans.