Décès de Idriss DEBY ITNO, aussitôt remplacé par son fils et une junte militaire

0
112
Idriss DEBY, président du Tchad depuis le 4 décembre 1990, est mort ce mardi 20 avril 2021, des suites de blessures reçues lors d’affrontements avec des rebelles. Immédiatement après cette mort, un Conseil militaire de transition (C.M.T.) a été mis en place, probablement par la Françafrique.  
En effet, le fils du défunt président, le général Mahamat Idriss DEBY (37 ans), a pris le pouvoir au Tchad. Une Charte nationale de transition sera promulguée à la place de la Constitution, laquelle est suspendue. Le nouvel homme fort du TchadMahamat Idriss DEBY dirige depuis sept ans la Direction générale de service de sécurité des institutions de l’Etat (DGSSIE), le corps d’élite des forces armées de ce pays d’Afrique centrale. 
Idriss DEBY était arrivé au pouvoir, avec l’appui des Français, en 1990, son pays, dans la bande d’Aouzou, regorgeant de pétrole. Pièce maîtresse du dispositif de la Françafrique, Idrissa DEBY avait modifié la Constitution et pouvait se faire réélire indéfiniment. Mais en matière d’éternité, aucun homme ne peut s’en emparer. Il avait pris le pouvoir par les armes, Idriss DEBY a également péri par les armes. 
Auparavant, le Tchad, depuis 61 ans, n’a pas connu de stabilité et de démocratie. En effet, François NGarta TOMBALBAYE (1918-1975) avait été évincé du pouvoir à la suite d’un coup d’Etat où il avait perdu la vie, le 2 avril 1975. Il avait fait emprisonner Félix MALLOUM (1932-2009), chef d’état-major de l’armée qui a fini par prendre le pouvoir. Félix MALLOUM a été évincé du pouvoir, en 1979, meurt le 12 juin 2009 à Neuilly-sur-Seine, en France. En effet, Hissène HABRE (né en 1942), réfugié maintenant au Sénégal et emprisonné, avait enlevé, pendant plus de 1000 jours, une Française, Mme Françoise CLAUSTRE (1937-2006), archéologue du CNRS.
Hissène HABRE, de l’ethnie Toubou, premier ministre du Tchad du 28 août 1978 au 29 mars 1979, un ancien rebelle, a été président du Tchad de 1982 à 1990, date à laquelle, il a été évincé par Idriss DEBY. 52 chefs d’Etat ou de gouvernements africains ont été liquidés par la Françafrique. 
La disparition de Idriss DEBY comporte d’importantes conséquences dans la sous-région. Auparavant la Françafrique, pour défendre ses intérêts évoquait la menace libyenne. Maintenant que Mouammar KHADAFI (1942-2011) a été probablement liquidé par Nicolas SARKOZY, la menace pour les puissances pétrolières, c’est toute velléité des tchadiens à retrouver la souveraineté sur leurs ressources pétrolières et surtout instaurer une vraie démocratie, un gros mot pour le grand capital. 
Le Tchad est investi dans diverses interventions militaires en Afrique aux côtés de la France notamment au Mali et en République centrafricaine. 
Au Mali, la révolte populaire du 5 juin 2020 a été confisquée par la junte militaire. En Côte-d’Ivoire et en Guinée, les régimes ont survécu à un troisième mandat.
Le jeune Mahamat DEBY prend le pouvoir au Tchad,  au lendemain d’une incursion des rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), un groupe armé basé en Libye voisine. C’est éternel recommencement de l’Histoire : la violence et des régimes fantoches. 
Une affaire à suivre attentivement, dans un contexte de poussée du nationalisme africain, 61 ans après les indépendances. 
Paris le 20 avril 2021 par Amadou Bal BA – http://baamadou.over-blog.fr/