Décès du Général Facinet Touré : ” il avait épaulé les épouses des officiers victimes du 4 juillet 1985″, se souvient Sékouba Konaté

0
557

L’ancien  président de la transition est très affecté et très ému par la disparition, le 14 juin dernier, à Conakry, de l’ancien chef de la diplomatie guinéenne, le général Facinè Touré. 

“Mieux vaut tard que jamais”. En route pour la capitale européenne, Bruxelles, en Belgique, le général Konaté a tenu à présenter ses condoléances les plus attristées au chef de l’ Etat, ” professeur” Alpha Condé, et au peuple de Guinée.

 

” Dieu a donné. Dieu a repris. Ainsi va la vie. Je profite de votre journal électronique, Nouvelledeguinee.com, pour présenter mes condoléances au président de la république, commandant en chef des forces armées, le professeur Alpha Condé. Je présente également mes condoléances à la famille biologique du défunt, à l’armée guinéenne et à l’ensemble du Peuple de Guinée. Je prie Dieu, le Tout-Puissant, d’accepter, dans son Paradis, l’illustre disparu”, compatit le général Sékouba Konaté.

 Le général Facinè Touré a toujours été gentil, généreux et humain. Je sais de quoi je parle. Il a personnellement assisté, après ma naissance, à ma cérémonie de baptême. Après l’affaire du 04 juillet 1985, malgré tout ce qui s’est passé, le général Facinè Touré a aidé, épaulé, soutenu les enfants et les épouses des officiers qui ont eu des problèmes à l’époque“, se souvient l’ancien homme fort de la Guinée, général Konaté, dit “ El Tigre“.

Nom de guerre de ce grand spécialiste en survie, vétéran et héros des sanglantes et violentes guerres civiles du Libéria et de la Sierra-Léone.

 Le général Facinè fut un grand homme. Le 03 avril 1984, il a eu le courage de lire le discours de prise du pouvoir du Comité Militaire de Redressement National. Le discours avait été rédigé par feu Jean Traoré, véritable tête pensante du CMRN“, révèle l’icône de la transition démocratique de 2010.

Et le général Konaté de tirer le signal d’alarme: ” Le général Mamadou Baldé est, au jour d’aujourd’hui, l’un des derniers survivants du CMRN. Un homme très digne. Au temps du CNDD, le général Mamadou Baldé n’est jamais passé au Camp dans le but de nous voir et nous demander de l’argent. Depuis son départ des affaires, il vit dans la dignité, la discrétion et l’oubli”, déplore le généralissime Sékouba Konaté.