Dr Edouard Zoutomou Kpogomou (UDRP): “les premières déclarations du CNRD sont très encourageantes”

0
55

Dr Edouard Zoutomou Kpogomou, président de l’Union Démocratique pour le Renouveau et le Progrès (UDRP), a accordé cette semaine à notre rédaction, une interview exclusive. Au cours de laquelle, l’homme politique a donné son avis sur la prise du pouvoir par le Comité National de Redressement et du Développement (CNRD) en Guinée. Ensuite, il a  des suggestions  au comité national de transition par rapport à l’organisation d’une élection présidentielle transparente. 

 

Leverificateur: Monsieur le Président, qu’attendez-vous des putschistes qui ont abrégé le troisième mandat d’Alpha Condé ? 

 

Dr Edouard Zoutomou Kpogomou : Je suis personnellement dans une joie extrême en ce sens que le pays a subi pas mal de tortures. A ce propos, nous avons essayé de l’appeler Monsieur Alpha Condé,  à ce qu’il prenne le sens de l’histoire et qu’il ait pitié de sa propre personne en réalité. Parce que nous savions que ce qu’il a fait en forçant un troisième mandat qui n’était ni légal, ni légitime. Nous avons pensé qu’il fallait tout simplement qu’il prenne la mesure des choses. Et que l’aboutissement ne serait pas une bonne chose pour lui.

 

Les militaires qui sont venus heureusement pour le pays. C’est ce qui devrait arriver. Si c’était l’une des voies possibles. Parce qu’il y avait trois  façons pour monsieur Alpha Condé de partir du pouvoir, soit on lui battait dans les urnes, soit la population faisait une insurrection, soit les militaires prenaient le pouvoir. Avec ces trois  alternatives, on lui a déjà battu dans les urnes. Mais ça n’a pas marché. Parce qu’il a l’argent, l’armée, la police, il avait  tout le monde.

 

On ne pouvait pas demander une insurrection, ça serait carrément illégal. Mais les militaires s’en sont occupés. Comme disait l’autre, « si les responsables, l’élite veulent brimer la population, il faut faire en sorte qu’on fasse appel à des militaires qu’ils viennent redresser la situation ».

 

A qui devez-vous cette victoire ?

 

Il faut qu’à même retenir que nos objectifs sont atteints  en réalité. Cette lutte contre le troisième mandat en Guinée a été longtemps menée par l’Alliance Nationale pour l’Alternance et le Développement (ANAD). Si vous remarquez, il y a une grande similarité entre la prise d’acte de l’ANAD et la déclaration faite par le Comité National de Redressement et du Développement (CNRD). Ce sont les déclarations parallèles, mais de mêmes contenus. Cette victoire appartient à tout le peuple de Guinée.

 

Quel rôle devrait jouer la communauté internationale dans cette phase de transition devant se terminer par l’élection présidentielle ? 

 

Nous, nous pensons que la communauté internationale bien sûr malgré les griefs qu’on a contre elle. Elle ne devrait pas faire du  formalisme simple. Parce qu’à l’heure actuelle, leur réaction est simplement du formalisme. Partout où il y a des coups d’Etat, elle ne cherche pas à savoir quelles sont les causes profondes qui ont amené les militaires à prendre le pouvoir. Automatiquement, on essaie simplement de les blâmer et de les condamner.

La communauté internationale aura beaucoup de choses à faire. A partir de maintenant, nous voulons qu’elle fasse partir des solutions aux problèmes qui existent. Parlant des problèmes en Guinée, il y a une pléthore de problèmes notamment, d’ordres politiques et  socio-économiques. Il n’y a pas de ressources dans le pays. Mais malheureusement, nous avons essayé d’avertir un homme qui ne voyait que son troisième mandat était un mal absolu pour sa propre personne.  Et, il faut l’avouer haut et fort que ce président déchu n’a pas hésité d’engloutir toutes les ressources du pays.

 

 

Quel conseil avez-vous à prodiguer aux guinéens et au CNRD concernant la mise en place d’un comité national de transition en Guinée ? 

 

Il faut reconnaître qu’à même que les premières déclarations du CNRD sont très encourageantes. Elles vont dans le sens des attentes du peuple de Guinée .Alors, le seul conseil que je vais donner, c’est que généralement les militaires quand ils prennent le pouvoir dans les nombreuses circonstances, viennent avec des discours vraiment mielleux  pour essayer de enticher tout le monde. Mais dès après, les attitudes changent et le discours glisse.

 

Mais justement, nous n’avons pas constaté ça maintenant. Nous ne souhaitons pas que cela arrive. Parce que quand les gens ont l’intention de faire du bon travail, ça se sent dès le départ à travers les actes qu’ils ont déjà posés. Dès qu’ils sont venus, ils ont libéré les prisonniers politiques. Ça, c’est un aspect très important qui contribue à mettre tout le monde en confiance.

 

Nous voulons que la transition soit un processus complètement inclusif. Le CNRD doit réunir tout le monde. Ce n’est pas laissé même les gens de la mouvance, ce sont aussi les guinéens. Puisque parmi eux, il y avait les gens qui étaient contre le troisième mandat de M. Alpha Condé Ils n’ont pas voulu de façon vocale s’opposer à ce projet.

 

Le CNRD doit réunir tout le monde autour d’un projet qui va commencer, pas en s’attaquant aux problèmes les plus difficiles. Nous, nous pensons qu’il doit avoir une feuille de route avec les priorités en mettant en place d’abord des institutions fortes notamment, une nouvelle Commission électorale Nationale Indépendante (CENI), une nouvelle Cour constitutionnelle, parce que le système juridique était complètement inféodée à monsieur Alpha Condé.

 

Ensuite, le CNRD doit mettre en place un cadre de concertation dans le cadre de l’organisation des élections présidentielles, afin qu’elles soient transparentes et crédibles et acceptées de tous. Les projets et les programmes d’élection doivent être élaborés avec le concours de la communauté internationale. Ce travail doit commencer par un recensement. Pour qu’on ait  un fichier électoral transparent, acceptable à tous.

 

Propos recueillis par Léon Kolié