Guinée: Vivement des audits sur la gestion de l’entreprise Guiter S.A. d’Ansoumane Kaba

0
68
Depuis l’annonce des audits  par  le Comité National pour le  Redressement et le  développement(CNRD), la joie et l’espoir se font sentir  au niveau des  Guinéens.  Il est donc  important de  rappeler que la présidence du régime défunt d’ Alpha Condé, nous avons vu des détournements, de la gabegie, de la corruption,  dont  on ne pouvait pas imaginer  dans le cadre de la gestion d’un État.
Des informations nous révèlent que certains anciens dignitaires  de notre pays donnaient des marchés de gré à gré à leurs proches sans aucun respect des  principes de passation des marchés.
D’autres ont juste  décaissé des fonds   colossaux dans le cadre de l’exécution des projets  mais qui n’ont jamais  vu le jour. Et la  conséquence directe de cette triste réalité, la plus part de ces travaux ont été mal exécutés notamment routiers où Guitter SA raflait des marchés.
Si nous prenons le domaine des Travaux publics par exemple, l’entreprise Guiter S.A, avait  bénéficié beaucoup de contrats de l’État guinéen sous Alpha Condé  dans le cadre de la rénovation et la  construction des  routes. Mais très  fort malheureusement, selon nos informations,la plus part des  travaux  de Guiter  n’ont été que des travaux   mal exécutés. Qui ne se rappelle pas quand des populations de l’intérieur du pays se sont manifestées contre ses installations par manque de sérieux dans le travail.
Alors, question pour un champion,est ce que ce nommé Guiter a juste bénéficié ces contrats parce qu’il était très proche de la femme du président ?
Si cela s’avère vrai ,ce qui veut dire  que cette entreprise  dirigée par Ansoumane Kaba  dit: ‘‘Guiter’’  doit aussi  être auditée  pour une question de principe et de crédibilité pour les nouvelles autorités de notre pays.
Qui nous ont d’ailleurs  manifesté leur ferme volonté et leur  engagement pour faire la lumière sur la gestion des  deniers  publics  pendant le régime de l’ancien prèsident Guinéen.
Affaire à suivre…
Sylla Ibrahima Kalil