Kankan: le manque de bœufs hausse le prix de la viande sur le marché

0
290
A seulement d’une dizaine de jours du mois de ramadan, on assiste à une hausse incontournable des prix des denrées de premières nécessités dans la commune urbaine de Kankan.
C’est le cas de la viande dont la flambée du prix du kilogramme inquiète de plus en plus les consommateurs. A ce jour, pour se procurer d’un kilogramme de viande dans les boucheries, il faut au moins ajouter cinq à dix milles francs de plus sur le prix initial.
« Le kilo de viande sans os était fixée à 40 000 FG, la viande avec os était à 35 000fg, aujourd’hui la viande avec os est vendue  à  40 000fg mais moi ce qui me concerne est la viande sans os, cela est vendue aujourd’hui à 45 000fg, 48 000fg jusqu’ à 50 000, chacun fait son prix. » explique Ousmane Diallo, restaurateur.
Poursuivant, il ajoute que si le prix perdure à ce niveau, il sera obligé à son tour d’augmenter les prix de ces articles :
« La hausse du prix de la viande joue sur nous, si ça continue comme nous aussi on est obligé d’augmenter les prix de nos plats , ce n’est pas notre souhait mais c’est le temps qui fait, sinon c’est une grande perte qu’on supporte, de un, la qualité de la viande n’est pas bonne, de deux le kilo ne suffisent pas et de trois c’est cher. »
Joint au téléphone par notre correspondant dans la localité, le président des bouchers de Kankan pointe du doigt le manque de bœufs , qu’il pense être la cause de cette hausse vertigineuse de prix :
« Les bœufs de la Haute Guinée ne suffisent pas pour la consommation d’ici. Depuis que j’ai commencé le travail de boucher c’est cette année que j’ai vu une telle hausse de prix, nous avons dit aux autorités de libérer les frontières pour que les bœufs puissent rentrer dans le pays, sinon il n’ya pas de bœuf dans la localité de Kankan. »
Ibrahima Khalil Sacko depuis Kankan