Koundoun n’est pas un criminel, encore moins un prédateur économique ou trafiquant de drogue (Tribune)

0
141

Je pense qu’à un moment donné, nous devons cultiver la paix et éviter les règlements de comptes. Décerner un mandat d’arrêt international contre un citoyen comme Sekou Koundouno qui n’a que sa bouche comme arme n’a pas de sens. On se demande quel est réellement l’objectif ou l’intention d’une telle opération …

Pendant qu’on est en train de parler de dialogue, d’unité, la libération des détenus politiques, la mise en place d’un cadre de dialogue, pour que les Guinéennes et guinéens puisse se regarder, parler, discuter en face et mettre la Guinée devant. Il y a des personnes qui se battant publiquement ou dans l’ombre dont on ne peut changer leur mentalité, qu’on ne peut pas pousser à faire ce qu’il estime être contraire à leurs visions, choses qui sont tout à fait naturelles.

La justice guinéenne doit être à la hauteur, nous sommes dans un état, un pays qui se dit démocratique, la liberté d’expression et d’égalité doit exister, cela doit être une réalité.

J’espère que le président de la République prendra ses responsabilités et qu’il comprendra qu’en ce moment nous avons besoin de paix, du travail, justice et de solidaires. Rien ne peut fonctionner dans la diversion et dans la division. Un chef d’état est comme un père de famille, c’est à lui de réunir les enfants, de parler avec eux, punir où pardonner ; au président Alpha Condé d’ouvrir les yeux et les oreillers pour voir et écouter le cri du cœur de son peuple.

Ibrahima Keita
Activiste, responsable politique
Membres du Fndc