Le RPG- Arc en ciel est-il un parti rebelle ?

0
25687

Le parti au pouvoir en Guinée le RPG – Arc en ciel est-il une branche de rebelle ? Ce parti crée par l’actuel président Alpha Condé est-il une menace pour la paix dans la sous-région ? Cette question mérite bien d’être posée.

Le samedi dernier, lors de l’Assemblée Générale du parti de la mouvance présidentielle, des nouveaux adhérents ont été présentés aux militants et responsables du parti. Il s’agit d’Aboubacar Sidiki Diaby,(photo à la Une), leader du Conseil Militaire pour l’Unité Nationale en abrégé COMUNA et Commandant Yaya Sow, l’officier qui a tiré sur le palais présidentiel lors des évènements des 2 et 3 février 1996 alors que le président Lansana Conté y était.

Prenant la parole, Aboubacar Sidiki Diaby s’est présenté : « Je suis un ex-officier des forces armées. Quand le président Ahmed Sékou, paix à son âme, mourait, j’étais le plus jeune officier de l’armée guinéenne. J’étais déjà lieutenant. En 1985, lorsqu’il y a eu le coup d’Etat de Diarra Traoré, moi j’ai quitté Conakry sur les rails à pied, j’ai marché jusqu’à Kankan. De Kankan, je me suis rendu à Bamako en République du Mali.

Le président Moussa Traoré, il est vivant encore, je lui souhaite longue vie, m’a accordé l’asile politique. C’est là-bas où j’ai lancé un appel à tous les militaires rescapés de 1985, pour que nous mettions en place un mouvement militaire pour venir renverser le régime militaire de Lansana Conté. C’est moi qui étais le chef des rebelles qui ont attaqué  la Guinée pour enlever Lansana Conté à la tête de la Guinée. Ce mouvement, nous l’avons appelé Conseil Militaire pour l’Unité Nationale en abrégé COMUNA ».

Ce n’est pas tout, lors du premier mandat du président Condé, Sékou Souapé Kouroumah, l’ex rebelle chargé des services de renseignements de Charles Tayor dans les années « 90 » au Libéria et ex rebelle des Forces Nouvelles en Côte d’Ivoire a indiqué à travers les médias d’avoir tué les officiers guinéens sur l’ordre d’Alpha Condé opposant lors de l’attaque rebelle que la Guinée à connu en 2000. Sur le même cas, un membre fondateur du RPG, en l’occurrence, Moussa 3 Camara a récemment soutenu cette thèse de Sékou Souapé Kourouma sur les médias à Conakry. Il n’a jamais été ni démenti ni convoqué.

Aujourd’hui, Sékou Souapé est à la présidence de la République et sert Alpha Condé.

Peut-on alors tiré la conclusion selon laquelle le parti qui est au pouvoir en Guinée est une franche armée de rebelles qui sont au pouvoir.

Où est la justice ? Pauvre Guinée !

Ahmadou Cissé, depuis  Toulouse