Promotion du coup d’état civil pour un 3ème mandat : la société civile guinéenne Interpelle les membres du gouvernement

0
12563

Les jeunes de la société civile guinéenne prennent le devant pour rappeler aux membres du gouvernementà leur responsabilité dans la promotion du coup d’état civil pour un 3ème mandat en perspective.C’est au cours d’une déclaration lue devant les hommes de médias ce mardi 03 septembre à la maison de la presse de Kipé.

Dans sa narration, Sékou Koundouno membre de cette plate-forme des organisations de la société civile affirme que, le coup d’Etat constitutionnel en planification par une bande d’imposteur qui trouble l’ordre constitutionnel purement établie par les différentes composante de la nation en monarchie, dans le seul bute anéantir définitivement le devenir de cette jeunesse guinéenne.

« Nous vous réitérons que cette fois ci, les événements qui se succèderont s’inscrivent définitivement dans les annales de notre histoire, » indique-t-il.

En outre, il dira que : « Les gens qui sont en train de préparer la forfaiture sous forme de bande de gangster. Nous les promettons une seule chose, qui ne compte pas de l’appui de la CMIS ni de l’escadron mobile, ni de l’armée… S’il  dît au cimetière la riposte citoyenne se fera au cimetière, si c’est dans la rue idem et si c’est derrière un poste téléviseur idem nous sortirons. Comme c’est à l’intérieur du pays ça va commencer nous sommes fin prêts » a-t-il soutenu.

De son côté, Oumar Sylla ‘’Foniké Mangué’’, aussi membre de la plate-forme, «  nous sommes concernés de la tentative illégitime et anti-guinéenne de manipulation constitutionnelle entreprise par le premier ministre et le parti au pouvoir, déçu de votre incapacité à vous hisser à la hauteur des enjeux, pour le peuple de Guinée, de cette tentative qui risque de plonger le pays dans la tourmente et d’anéantir pour longtemps la véritable démocratie dans notre pays, » mentionne-t-il.

Pour finir, il dira : « nous vous mettons en garde, en vous informant que nous avons déjà pris toutes les dispositions pour documenter tout ce que vous faites et que ces dispositions vont continuer à être renforcées pour assurer que l’ère de l’impunité soit révolue à jamai. » a conclu Foniké Mangué.

Auteur : Sana Sylla