Devoir de mémoire/ Alpha Condé: “quand j’ai été emprisonné toute la population sénégalaise m’a soutenue”

0
537

Alpha Condé a fait dimanche une sortie contre le Sénégal qu’il accuse en ces termes:

“Tout le monde sait, tous ceux qui nous insultent, tous ces cris de ” la Guinée va brûler”, tout se fait à Dakar.  Comme Dieu ne dort pas, ceux qui voulaient que la Guinée brûle, nous tous voyons ce qui se passe chez eux,” lance Alpha Conde en langue nationale soussou.

Nous avons alors jugé nécessaire de publier l’extrait d’une interview que le président guinéen avait accordé au mois de septembre 2014 à nos confrères du  Sud Quotidien (Dakar, Sénégal).

  Quotidien:  Il y’a beaucoup de supputations ces derniers temps au sujet des relations entre la Guinée et le Sénégal, à la suite de l’apparition de la fièvre Ebola. Qu’en est-il réellement ?

Alpha Conde: Je pense qu’il faut d’abord faire un peu d’histoire, parce que les gens ne connaissent pas mes relations avec le Sénégal. Quand moi je suis rentré en Guinée pour la première fois en 1991, à cette époque le Président Lansana Conté n’acceptait pas le multipartisme. J’ai eu beaucoup de difficultés.

Et comme il voulait m’assassiner, c’est à l’ambassade du Sénégal que je me suis réfugié, pas dans une autre ambassade. C’est à l’ambassade du Sénégal. (Ndlr : Makhily Gassama était l’ambassadeur du Sénégal en Guinée à l’époque. Il a osé s’interposer.

Une première en Afrique). Et le président Diouf a négocié et a envoyé son avion militaire me chercher. Et à partir de ce moment, jusqu’au départ du Président Diouf, nous avons lié amitié.

Je venais à Dakar, il me donnait un véhicule. Et avec ça, j’allais voir mes amis opposants : les Landing (Savané), même Wade, etc. Et lorsqu’il arrêtait Dansokho (Amath) et Landing, je suis allé le voir pour lui dire : « Mon grand frère tu ne peux pas arrêter Wade et Landing pour le moment ». Ensuite, quand j’ai été emprisonné, les avocats africains se sont mobilisés. Parmi eux, trois sénégalais dont Me Ousmane Ngom. Le collectif était dirigé par Me Boucounta Diallo. Et toute la population sénégalaise m’a soutenue. La preuve, Ousmane ngom est descendu dans la rue pour crier : «On a libéré Alpha. On a libéré Alpha ».

Ensuite, vous vous rappelez, quand je suis venu à Dakar, Albert Bourgi et Babacar Touré l’actuel Président du CNRA (Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel ) ont organisé une rencontre au niveau de la place de l’indépendance et toute la classe politique était là, opposition et mouvance présidentielle confondues. Donc moi, j’ai une histoire avec le Sénégal. Je ne peux pas être au pouvoir en Guinée et avoir un problème avec le Sénégal.

Marie Fofana