Usine ODHAV : deux versions de la direction générale jettent le doute sur les circonstances de la mort du jeune Fodé

0
95

En fin de semaine dernière, un employé de la société ODHAV multi-industries est mort, des suites de brûlures causées par du fer fondu. Selon les premières informations données au secrétaire générale du ministère de l’industrie par la direction générale de la société, Alpha Fodé Camara était au téléphone, quand il a été en contact avec le liquide fondu à 380°c.

“J’ai personnellement interrogé le directeur général de ODHAV, il semble que c’est un ouvrier du nom de Alpha Fodé Camara, qui est sur une ligne, où après la fusion du fer, il y a la coulée de cette fusion qui circule sur une bande. Le monsieur était semble-t-il au téléphone, entretemps il s’est retrouvé en face de la coulée et là, c’est une fusion qui est à 380°. Il a donc eu des brûlures graves, je crois que c’est après trois jours d’hospitalisation qu’il a rendu l’âme. A ce stade c’est cette information que nous avons”, a relaté Alsény Soumah, dans l’émission “Mirador” de la radio Fim Fm.

Quelques minutes plus tard, il dira avoir obtenu de nouvelles informations sur les circonstances du drame dans cette industrie, où des victimes avaient également été dénombrées après une explosion de gaz, il y a quelques années.

“Dans le schéma de production, il y a deux marmites où il y a les fonderies. Le métal est fondu dans une première marmite, il passe sur un treuil pour aller se déverser dans la deuxième marmite. Et pendant ce trajet-là, il y a toujours une sonnerie qui retentit le long du trajet. Et quand il y a cette sonnerie, il est demandé à tous les travailleurs de quitter la zone. Malheureusement, Alpha Fodé Camara n’a pas porté attention à cette sonnerie. Et là, nous sommes face à une solution qui est 1500°c”, a-t-il martelé.

Deux versions qui jettent le doute sur les circonstances réelles de la mort de ce jeune employé. Elles relancent également la question liée aux conditions de travail dans les unités industrielles du pays.

Il faudrait peut-être attendre le résultat des enquêtes du ministère de l’industrie et des petites et moyennes entreprises pour pouvoir tirer une conclusion à cette mort tragique.

Source : mosaïqueguinee.com