Le groupe Bolloré cède officiellement ses activités africaines à l’armateur MSC

0
9487

Bolloré annonçait le 1er décembre avoir obtenu les autorisations réglementaires pour la réalisation de la cession de ses activités logistiques en Afrique au profit de l’armateur italo-suisse MSC. C’est chose faite depuis ce mercredi 21 décembre. 

Dans un communiqué, l’entreprise française annonce la réalisation ce mercredi de la cession à 100 % de Bolloré Africa Logistics au Groupe MSC. Cela concerne l’ensemble des activités de transport et logistique du groupe Bolloré sur le continent, dans une transaction qui s’est faite pour un montant total de 5,7 milliards d’euros. Au total, 42 ports, 16 terminaux conteneurs, dont 7 pour le trafic roulier, 2 terminaux à bois et un terminal fluvial, en plus de 2 700 kilomètres de rail et 74 agences africaines.

Face à des investissements de plus en plus coûteux et à une concurrence de plus en plus rudes des opérateurs chinois, Bolloré avait décidé de vendre ses activités malgré un rebond de ses revenus de 8 % en 2021. Le groupe était également au cœur de plusieurs scandales de corruptions au Togo et en Guinée.

Situation de quasi-monopole pour MSC

Une page importante se tourne pour le groupe Bolloré, qui avait débuté par le rachat il y a près de 40 ans de la Société commerciale d’affrètement et de combustible. Quant à MSC, leader mondial du transport maritime et déjà très présent dans le transport terrestre en Afrique, va ainsi renforcer de manière considérable ses actifs portuaires. Il se retrouve par exemple en situation de quasi-monopole sur le trafic de conteneurs à Lomé, premier port de conteneurs d’Afrique de l’Ouest.

Cependant, cette cession ne signe pas la fin de Bolloré en Afrique. Le groupe précise qu’il « conservera une présence importante » sur le continent, à travers Canal+ notamment et ses diverses activités dans la communication, le divertissement, les télécoms et l’édition.

rfi