Kassory Fofana en prison : “ces bandits doivent rendre  compte » dix Abdoulaye Bah

0
3690

C’est lors d’une émission radiophonique ce mercredi dans «Mirador», que l’ancien président de la délégation spéciale de Kindia, Abdoulaye Bah a vraiment exprimé sa joie à l’incarcération des anciens dignitaires du pouvoir d’Alpha Condé et demande à la justice Guinéenne soit courageuse pour que ces bandits puissent rendre compte au peuple dont Dr Ibrahima Kassory Fofana pour des faits présumés de détournement des deniers publics, l’enrichissement illicite et blanchiment d’argent en Guinée.

« L’année dernière nous étions là-bas( en prison ), accusés de crimes graves. Ils nous accusent d’avoir des usines de fabrication d’armes de guerre et d’armes automatiques. Cette année, ils sont là-bas, c’est la roue qui tourne, la vie est faite ainsi. Mais eux, tout le monde sait qu’est-ce qu’ils ont fait dans ce pays. Nous étions des pauvres victimes d’un régime au aboie, qui se cherchait dans un contexte politique qui les a rejetés. Je pense ce que la CRIEF a fait est salutaire et encourageant. Et je pense que comme les crimes de sang, il faut que la justice Guinéenne soit courageuse pour que ces bandits, ces criminels d’État aux colles blancs puissent rendre compte au peuple de Guinée. Pendant 11 années, on a rien vu dans ce pays, sauf la propagande, de la mamaya, du mensonge, de la médiocrité, des tueries. Donc, je pense que ce qui est arrivé, est une très bonne chose pour la Guinée. Et c’est une leçon pour nous, politiciens aussi qui aspirons à gouverner. Il faut châtier les malfaiteurs pour que nous soyons effrayés, de sorte qu’en venant aux affaires, nous savons que la justice existe en Guinée et que le moindre écart dans la gestion publique peut amener au cachot. Kassory Fofana, Mohamed Diané, Zakaria Coulibaly ont mal géré ce pays, nous avons une junte qui voudrait nettoyer le pays à cette face de transition. Je pense qu’il est important que ces gens-là rendent des comptes aux Guinéens, parce qu’ils ne géraient pas une propriété privée, ils géraient plutôt des affaires publiques nationales », a précisé Abdoulaye Bah.

Sana Sylla.