Pourquoi l’Argentine n’a-t-elle pas de joueurs noirs en Coupe du monde de football ?

0
10685

Contrairement au Brésil et autres …

En effet beaucoup se pose la question de savoir pourquoi l’équipe argentine n’a-t-elle pas de joueurs noirs ? Contrairement à d’autres pays d’Amérique du Sud comme le Brésil, l’équipe de football argentine fait pâle figure (sans mauvais jeu de mots) en termes de représentation noire. Et cette situation fait que de nombreux Africains (à part les inconditionnels de Messi) préfèrent supporter le Brésil plutôt que l’Argentine.

À cela il faut ajouter la fausse rumeur avant la coupe du monde 1990 selon laquelle Diego Maradona se serait offusqué d’être dans une poule avec des noirs africains.

Le constat de cette blancheur de l’équipe argentine n’est pas nouveau. Déjà en 2014, plusieurs personnes lançaient des blagues sur le fait que même l’équipe de football allemande comptait au moins un joueur noir, alors que l’Argentine n’en avait aucun lors de la finale de la Coupe du monde de cette année-là. Cela voudrait-il dire qu’il n’y a pas du tout de personnes noires en Argentine ?

149 493 noirs (1% de la population) en Argentine.

En 2010, le gouvernement argentin a publié les résultats d’un recensement indiquant que 149 493 personnes, soit 1 % de la population du pays, étaient noirs. Pour beaucoup, ces données semblaient confirmer que l’Argentine était bien une nation blanche.

Mais ce qu’on feint d’oublier c’est qu’environ 200 000 esclaves africains ont débarqué sur les rives du Río de la Plata pendant la période coloniale argentine et, à la fin du XVIIIe siècle, un tiers de la population était noire. En effet, non seulement l’idée de l’Argentine en tant que nation blanche est inexacte, mais elle témoigne clairement d’une longue histoire d’effacement des Noirs au cœur de l’autodéfinition du pays.

Plusieurs mythes sont censés « expliquer » cette absence des Noirs argentins.

Le premier et le plus populaire de ces mythes est celui selon lequel les hommes noirs ont été utilisés comme « chair à canon », ce qui a entraîné un nombre considérable de morts pendant les guerres du XIXe siècle.

Les armées révolutionnaires, par exemple, ont enrôlé des esclaves pour combattre dans les guerres d’indépendance de l’Argentine (1810-1819) contre les forces espagnoles, avec la promesse de liberté après avoir servi pendant cinq ans.

Mais plutôt que de mourir sur le champ de bataille, beaucoup ont simplement déserté et choisi de ne pas retourner sur leur lieu de naissance, comme l’a soutenu l’historien George Reid Andrews. Les appels nominaux révèlent qu’en 1829, l’unité militaire afro-argentine Quatrième Cazadores a perdu 31 soldats et 802 avaient déserté. Certains de ces hommes ont déménagé au nord, notamment à Lima, au Pérou.

Les guerres, les maladies et les désertions

Alors que certains sont morts et certains ont préféré déserter, plusieurs sont rentrés chez eux. Les données du recensement de Buenos Aires, la ville la plus peuplée d’Argentine, révèlent que sa population d’ascendance africaine a plus que doublé entre 1778 et 1836.

Un autre mythe soutient qu’en raison du nombre élevé de morts d’hommes noirs causés par les guerres du XIXe siècle, les femmes noires en Argentine n’avaient d’autre choix que de se marier, de cohabiter ou de nouer des relations avec des hommes européens, ce qui a entraîné la « disparition » des Noirs.

On pense en effet, que le métissage, ou le mélange interracial, sur plusieurs générations a fait des ravages, créant une population physiquement plus blanche. Dans ce récit, les femmes noires étaient de simples victimes d’un régime oppressif qui dictait tous les aspects de leur vie.

Mais des études plus récentes révèlent que certaines femmes noires en Argentine ont pris des décisions concertées « pour se faire passer pour des Blanches ou des Amérindiennes » afind’obtenir les avantages de la blancheur pour leurs enfants et pour elles-mêmes. Profitant de diverses politiques juridiques, certaines femmes noires, comme Bernabela Antonia Villamonte, ont pu naître en captivité mais mourir non seulement libres mais étiquetées comme une femme blanche.

D’autres mythes sur le manque de représentation noire dans la culture argentine ont trouvé dans les épidémies, en particulier la fièvre jaune de 1871 une cause de l’extinction des populations noires d’Argentine. Certains font ainsi valoir que de nombreux Noirs argentins n’ont pas pu quitter les zones fortement infectées de Buenos Aires en raison de leur pauvreté et ils ont succombé à la maladie.

Cette thèse ne résiste pas non plus à la critique et à l’analyse. En effet, les données montrent que les épidémies n’ont pas tué plus la population noire que les autres populations blanches ou amérindiennes.

Ces mythes et d’autres sur l’extinction des Noirs en Argentine servent à obscurcir plusieurs des héritages historiques les plus durables de la nation.

L’action des femmes et l’effet de l’assimilation

En réalité, l’Argentine abrite de nombreux Noirs depuis des siècles – non seulement la population d’esclaves et leurs descendants, mais aussi les immigrants. Les Cap-Verdiens ont commencé à migrer vers l’Argentine au 19e siècle avec leurs passeports portugais, puis sont entrés dans le pays en plus grand nombre au cours des années 1930 et 1940 à la recherche d’emplois de marins et de dockers.

Mais les dirigeants argentins blancs tels que Domingo Faustino Sarmiento, ex-président de l’Argentine (1868-1874),ont élaboré un « roman national » différent pour effacer la noirceur parce qu’ils assimilaient la modernité à la blancheur.

Sarmiento a écrit « Facundo : civilisation et barbarie » (1845), qui détaillait le « retard » de l’Argentine et ce que lui et d’autres percevaient comme le besoin de devenir « civilisé ». Il faisait partie de ceux qui partageaient une vision de la nation qui l’associait plus fortement à l’héritage européen plutôt qu’africain ou amérindien.

L’Argentine a aboli l’esclavage en 1853 dans la majeure partie du pays et en 1861 à Buenos Aires. Avec son histoire d’esclavage derrière elle, les dirigeants argentins se sont concentrés sur la modernisation, considérant l’Europe comme le berceau de la civilisation et du progrès. Ils croyaient que pour rejoindre les rangs de l’Allemagne, de la France et de l’Angleterre, l’Argentine devait déplacer sa population noire – à la fois physiquement et culturellement.

À bien des égards, ce n’était pas propre à l’Argentine. Ce processus de blanchiment a été tenté dans une grande partie de l’Amérique latine, dans des endroits comme le Brésil, l’Uruguay et Cuba.

Ce qui rend l’histoire de l’Argentine unique dans ce contexte, cependant, c’est qu’elle a réussi à construire son image de pays blanc.

Une politique constitutionnelle et massive de « blanchiment » ou « blanchisation » du pays

Par exemple, dans les années 1850, le philosophe politique et diplomate Juan Bautista Alberdi, qui était peut-être mieux connu pour son dicton « gouverner, c’est peupler », a promu l’immigration européenne blanche dans le pays. Le président argentin Justo José de Urquiza (1854-1860) a soutenu les idées d’Alberdi et les a incorporées dans la première constitution du pays. L’amendement 25 disposait clairement : « Le gouvernement fédéral favorisera l’immigration européenne ».

En effet, l’ex-président Sarmiento remarquait vers la fin du XIXe siècle : « Dans vingt ans, il faudra se rendre au Brésil pour voir des Noirs».

Il savait que les Noirs argentins existaient mais suggérait que le pays ne les reconnaîtrait plus pour longtemps. Le paysage argentin s’est rapidement transformé, puisque 4 millions d’immigrants européens ont répondu à l’appel du gouvernement à migrer entre 1860 et 1914. Cette clause demeure dans la constitution argentine aujourd’hui.

Quant aux populations noires et amérindiennes du pays qui se trouvaient en Argentine avant cette immigration européenne massive, beaucoup ont commencé à s’identifier stratégiquement comme Blancs s’ils pouvaient « passer » ou s’installer dans des catégories raciales et ethniques plus ambiguës.

Ces catégories comprenaient le criollo (origine pré-immigrante souvent affiliée à une ascendance espagnole ou amérindienne), le morocho (de couleur beige), le pardo (de couleur brune) et le trigueño (de couleur blé). Bien que ces étiquettes les qualifient finalement d’ »Autres », elles ont également contribué à les dissocier de la noirceur à une époque où c’était un impératif de l’État.

Malgré une histoire et ses vestiges qui ont cherché à effacer la noirceur de la nation, la population noire argentine demeure, et de plus en plus de personnes d’ascendance africaine y ont émigré.

Une immigration noire récente à côté des descendants d’esclaves

Aujourd’hui, les immigrés capverdiens et leurs descendants sont au nombre de 12 000 à 15 000 et vivent principalement dans la région de Buenos Aires. Dans les années 1990 et 2000, les Africains de l’Ouest ont commencé à migrer vers l’Argentine en plus grand nombre, alors que l’Europe resserrait ses lois sur l’immigration.

Alors que le recensement a révélé que l’Argentine abritait près de 1 900 ressortissants nés en Afrique en 2001, ce nombre avait presque doublé en 2010. Au cours des 10 dernières années, les descendants africains d’autres pays d’Amérique latine tels que le Brésil, Cuba et l’Uruguay sont également de plus en plus entrés en Argentine à la recherche d’opportunités économiques.

Cette histoire montre clairement que même si l’équipe de football argentine n’inclut peut-être pas de personnes d’ascendance africaine, ou peut-être des personnes que la plupart considéreraient comme noires, ce n’est pas non plus une équipe « blanche ».

Alors que l’Argentine a effondré les catégories raciales dans sa quête pour être considérée comme une nation blanche moderne, la présence de personnes décrites comme morocho fait un clin d’œil à cette histoire d’effacement des Noirs et des Autochtones. Morocho, une étiquette inoffensive, continue d’être utilisée en Argentine aujourd’hui. Ce terme, qui fait référence à ceux qui sont « de couleur bronzée », a été utilisé pour distinguer les personnes non blanches.

Le Morocho , Maradona n’est pas un blanc …

Le morocho le plus célèbre d’Argentine est peut-être la légende du football Diego Maradona, qui s’est fait connaître dans les années 1980 et 1990. Le pays a connu trois jours de deuil national lorsqu’il est décédé en novembre 2020. Cette légende non blanche est devenue le visage du football argentin et, ironiquement, une « nation blanche ».

Divers joueurs de l’équipe d’aujourd’hui sont susceptibles d’être décrits comme morocho en Argentine. Comprendre cette histoire révèle une Argentine bien plus diversifiée que beaucoup de gens ne l’associent souvent. Il souligne également les efforts concertés pour effacer et minimiser la noirceur dans les tentatives de créer ce que de nombreux dirigeants du pays percevaient comme une nation moderne.

Par: Webnews