QUALIFICATION DU MAROC EN 1/8e DE FINALE DE QATAR 2022 : Et de deux pour l’Afrique !

0
13047
Morocco's defender #20 Achraf Dari (L) and Morocco's defender #18 Jawad El Yamiq celebrate winning the Qatar 2022 World Cup Group F football match between Canada and Morocco at the Al-Thumama Stadium in Doha on December 1, 2022, to advance to the round of 16. (Photo by NATALIA KOLESNIKOVA / AFP)

A la suite du Sénégal, le Maroc s’est qualifié hier, 1er décembre 2022, pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde Qatar 2022, en venant à bout du Canada sur le score de 2 buts à 1. Une victoire obtenue avec la manière, après une maîtrise totale du match qui laisse espérer que le meilleur est à venir pour les Lions de l’Atlas. Avec ce succès, l’Afrique place un deuxième représentant dans le groupe fermé des seize meilleures équipes du tournoi et peut même espérer mieux avec le Cameroun et le Ghana qui jouent, ce vendredi 2 décembre, leur survie dans une compétition âprement disputée, où chaque petit point vaut son pesant d’or et chaque faux pas, son lot de douleurs et de regrets.

Le mérite des Lions de l’Atlas est d’autant plus grand que les fauves des montagnes septentrionales de l’Afrique, se sortent d’une poule difficile où la Belgique, deuxième nation au classement mondial et la Croatie, finaliste malheureux de l’édition précédente, faisaient office de favoris. La question qui se pose maintenant est de savoir si l’Afrique réussira la passe de trois. Si l’aventure semble mal engagée pour le Cameroun qui a impérativement besoin d’une victoire face au Brésil sans pour autant avoir son destin en main, le Ghana a cependant un véritable coup à jouer devant l’Uruguay dans ce match pour la revanche de 2010, d’autant qu’un match nul pourrait suffire à son bonheur si la Corée du Sud ne bat pas le Portugal déjà qualifié, dans l’autre match du Groupe.

Les acteurs ont certes beaucoup changé, mais Luis Suarez, l’auteur de la fameuse main qui priva tout un continent d’une historique qualification à une demi-finale de Coupe du monde, reste encore l’un des derniers rescapés de l’épopée de 2010.

 

Il s’agit maintenant de viser plus haut pour briser le plafond de verre des quarts de finale

 

Et l’on est porté à croire que ce n’est certainement pas un fait de hasard si à l’orée de la retraite internationale du joueur sud-américain, l’histoire l’a remis sur la route des Black Stars si ce n’est pour leur rendre justice. En tout cas, c’est le vœu de tous les fanatiques du football africain qui, au-delà du Ghana, avaient vécu avec acrimonie ce scénario cynique et cruel d’il y a douze ans, qui a brisé leur rêve de voir un pays africain accéder enfin au dernier carré d’une Coupe du monde.

Dernier carré qui reste aujourd’hui encore, un objectif.  En tout état de cause, après une édition 2018 complètement ratée avec l’élimination précoce de tous ses représentants dès les phases de poule, l’Afrique se reprend de la plus belle des manières en plaçant au moins deux équipes en huitièmes de finale quatre ans plus tard. Le pari n’était pas gagné d’avance. Et si cette performance n’est pas encore la traduction d’un nivellement des valeurs des joueurs par le haut, au moins, on peut y voir une volonté, pour les représentants du continent noir, de prouver que le football africain a franchi un cap. Il s’agit maintenant de viser plus haut pour briser le plafond de verre des quarts de finale et accéder au carré d’as qui reste encore un défi pour les sélections africaines.  C’est à ce prix que l’Afrique du football pourra forcer le respect des autres nations, dans cette prestigieuse compétition mondiale où elle a suffisamment joué les figurants.