Quand le fils de Elhadj Biro, docteur Alpha Amadou, s’emporte:  » c’est une junte qui dirige la Guinée »

0
11439
Médecin de renom en France, homme de confiance de Cellou Dalein Diallo, ancien ami du chef de l’ Etat, docteur Alpha Amadou Diallo n’entend pas renoncer à ses déclarations mordantes, ses formules cinglantes contre le maître de Sékhoutouréyah.
Dans cette interview accordée à Nouvelledeguinee.com, le fils de l’ancien président de l’ Assemblée nationale va au feu, fait une nouvelle sortie courroucée contre le président de la république, Alpha Condé. Lisez !
Vous étiez, récemment, en Guinée. Dans quel état avez-vous retrouvé votre chère patrie qui vient d’entamer le premier mandat de 6 ans de la  » 4e république » ?
Docteur Alpha Amadou Diallo: c’est exact, je viens d’effectuer 4 semaines de séjour en Guinée, pour des raisons différentes : familiales et politiques : j’ai vu, en premier, quelques membres de ma famille à Conakry , le président Cellou Dalein , ensuite je suis venu à Mamou voir mon père et le reste de la famille à Koûrou , à Timbo et à Saramoussaya. J’ai terminé par Labé.
J’ai vu une Guinée dégradée comme au lendemain d’une guerre, avec des ruines d’habitations et de commerces. C’est la réponse du tyran Alpha Condé aux populations pour son échec électoral. Un réseau routier défoncé, conséquence du détournement des biens publics par le clan de Alpha Condé.
Notre Guinée n’a aucunement entamée une 4ème République, encore moins un premier mandat d’une laconique 4ème République. Il n’a jamais été question pour le peuple de Guinée de légitimer ce hold-up électoral .
J’ai vu une junte qui règne en maître absolu sur les Guinéens, avec à la tête de la bande, monsieur Alpha Condé. Le panorama d’une population exsangue, anémiée et désespérément dépossédée. Le sombre panorama retient l’attention de n’importe quel visiteur . Notre chère Guinée est encore plus en danger.
 Le président Condé vient de mettre en place un cadre de dialogue permanent présidé par un ancien dignitaire du régime Lansana Conté, Fodé Bangoura. Qu’est ce que cela vous inspire?
Dans un pays où on ne parle que de dialogue, de réconciliation, ça prouve que le vivre ensemble n’est plus respecté par les tenants du pouvoir.
C’est la conséquence directe de la violation de nos lois , de nos institutions et la destruction du tissu social….
Pour le désuet cadre de dialogue, la personne de Monsieur Fodé Bangoura n’est pas mise en cause principalement , malgré son statut de  » petit président » à l’époque du général Lansana Conté.
Statut qui l’a valu le surnom de « Diahannama Fodé « , dont Alpha Condé a subi les conséquences dans sa chair pendant son emprisonnement . C’est Alpha Condé en personne qui m’a conté l’acharnement de Fodé contre sa personne pendant son incarcération à Coronthie .
Cependant le même « Diahannama Fodé » avait confisqué le passeport du président de l’Assemblée nationale à l’époque des faits. Du fait que ce dernier ait pris la défense du prisonnier Alpha Condé. Aujourd’hui, on est tenté d’affirmer que Elhadj Boubacar Biro Diallo avait eu tort , c’est « Djahannama Fodé » qui a eu raison .
Le décret du tyran ne changera rien. Pour l’UFDG-ANAD, Alpha Condé est illégal et illicite. Il n’est pas le président élu , il n’a aucune légitimité présidentielle pour signer un décret. Ensuite , la définition du cadre du dialogue ne nous concerne pas. C’est un travail qui revient à l’exécutif , les questions relatives au transport , à la sécurité, aux prix sur nos marchés , au logement sont dans les mains du seul tyran.
Un phénomène inhabituel sur nos routes a aussi retenu mon attention. C’est l’expression fasciste du régime, au gré des barrages.
De Conakry à Labé, Dabola, jusqu’à l’intérieur des terres , les barrages sont tenus par des agents de la même ethnie. Le délit de faciès existe bien sur nos routes – Aujourd’hui un peulh est plus enclins à être contrôlé et verbalisé qu’un malinké pour la non présentation de la pièce d’identité .
Ailleurs l’exercice de la pratique de levée de barrages est de 20.000fg si tu es conducteur peulh et 5000fg pour le même routier malinké.
Les forces de défenses et de sécurités sont très avenantes à cette pratique. C’est ce qui me fait dire que le syndrome du génocide Rwandais plane sur nos têtes. Prenons garde avant que ça n’arrive. C’est la même ségrégation à la douane et dans l’administration en général.
Encore, une fois, le système mafieux nous plonge dans un environnement : Une ethnie – Un territoire . La nation ignorer au bénéfice virtuel d’une ethnie.
Deux prisonniers proches de Cellou Dalein Diallo en l’occurrence Boubacar Diallo alias Grenade et Médical 100 frontière viennent d’être graciés par le président Condé. N’est- ce pas un boulevard vers l’apaisement ?
Alpha Condé a pris des otages, il a libéré quelques otages. Je me réjouis de cette liberté. Il n’y a pas lieu de remercier le preneur d’otage. Je salue la dignité , le courage et la permanence de nos compagnons de lutte emprisonnés .
Quelle analyse faites – vous sur l’emprisonnement de certains hauts responsables de l’UFDG détenus à la maison centrale depuis novembre dernier?
La demande de rançon de Alpha Condé et de son clan s’est heurtée à la détermination de l’UFDG -ANAD de préserver l’élection de Cellou Dalein Diallo à la présidentielle du 18 octobre 2020. Le tyran s’attend à ce que l’on négocie la liberté des otages. Il s’est lourdement trompé.
L’ex Conseiller en communication de Cellou Dalein, Souley Thiàngùel après son retour au pays suite à cinq ans d’exil a déclaré qu’il quitte définitivement la politique. Qu’est ce que cela vous inspire ?
Le départ de Souleymane Thiàngùel n’est pas un évènement. C’est une démarche personnelle qui n’est animée que par ses ambitions. Ce n’est pas non plus un évènement. C’est un phénomène passager à l’image du phénomène Bah Oury , Mouctar Diallo ……. J’ai suivi en direct sa litanie sur une chaîne de télévision locale. Le président Cellou Dalein n’a fait aucun commentaire.
Votre feuille de route à l’intérieur de la Guinée ?
Mon séjour dans la Guinée profonde est exclusivement familial. J’ai été à Labé saluer le décès du père de mon ami Cellou Baldé, otage de Alpha Condé. J’ai trouvé une famille stoïque et très militante.
La dégradation poussée de nos routes , les barrages routiers à sélection ethnique ont retenu mon attention . J’ai pris assez de témoignages à ce sujet qui seront demain des éléments à charge devant n’importe quelle juridiction , à l’occasion de nos prochaines rencontres. Ce sont de nouveaux éléments qui seront rajoutés sur les dossiers en cours à Paris , Bruxelles , et à la Haye , y compris celui emblématique sur le massacre du 28 septembre qui n’a pas encore été jugé par la volonté expresse du dictateur Alpha Condé. C’est ce qui renforce la culture de l’impunité et du crime au nom de l’État.
 Votre mot de la fin ?
Je salue le courage, la volonté et la détermination du président élu Cellou Dalein Diallo à libérer la Guinée de cette mafia tyrannique. Mes échanges avec nos responsables , militants et alliés à tous les niveaux, m’ont permis de faire le constat de la volonté et de la permanence de mes compatriotes pour le changement qualitatif pour une alternance apaisée en dépit de toutes les tueries , destructions , séquestration dont sont victimes les Guinéens. Cela fera que le vivre ensemble en Guinée dans la paix et la concorde nationale soit possible, en dépit de la politique divisionnaire de Alpha Condé. J’affirme haut et fort que le Guinéen est une seule et unique famille , dont la diversité est notre richesse. Je vous remercie.
Interview réalisée par Nouvelledeguinee.com avec la collaboration du leverificateur.net