Tombolia: le Service Contrôle de la SEG démasque près de 200 abonnés clandestins sur son réseau

0
5044

C’est un coup de filet réussi par le service de contrôle de la Société des Eaux de Guinée dans la commune de Matoto, plus précisément à Tombolia.

Un vaste nid d’abonnés clandestins a été démantelé à travers une équipe technique de la nouvelle Direction Générale de la SEG qui a inscrit dans ses priorités la lutte sans merci contre les fraudes ou les branchements clandestins qui affectent considérablement l’efficacité de son service.
Le chef service de contrôle pour la zone de Matoto explique:
“Nous sommes actuellement à l’agence de Matoto, et, cela nous a permis de démanteler un grand nombre d’abonnement clandestin aujourd’hui. Je peux vous dire sans me tromper, nous nous sommes à peu près 200 abonnements grâce au contrôle que nous avons fait dans la zone de Tombolia”.
Un succès rendu possible grâce aux efforts consentis et la détermination du DG de la SEG, Aboubacar Camara et son équipe à faire face à ces différents facteurs qui atténuent la rentabilité dans le service fourni par la société.

“Nous sommes des contrôleurs de la SEG. Nous travaillons en parfaite synergie avec Monsieur Camara qui est le Directeur Général. Et il n’a ménagé aucun effort pour l’opération de la destruction des branchements clandestins. C’est grâce à lui et son équipe, que ce réseau a été découvert et complètement détruit. Aujourd’hui, cela va sans nul doute maximiser la déserte en eau et surtout rendre la SEG plus efficace sur le terrain. A ce rythme, si on parvient à minimiser ou à réduire drastiquement les cas de fraude, ça sera déjà une avancée majeure. Et on peut bien compter sur le nouveau Directeur de la SEG avec son équipe qui se donne à fond et qui ne manque pas d’énergie. C’est déjà une source de motivation pour nous les hommes de terrain, comme on dit le patron lui-même donne le bon exemple”, fait savoir ce contrôleur qui opère dans la zone de Matoto.
Il est à rappeler que: “les fraudes constituent un frein pour les vrais clients d’avoir de l’eau convenablement mais aussi de réinvestir dans la normalisation du réseau. Elles constituent un délit puni par la loi”, aux dires des hommes de la Loi du pays.

Marouane