Un journaliste culturel rend hommage à l’artiste Alhassane Barry

0
21094

Décédé ce mercredi 21 septembre 2021 à Conakry, l’artiste Alhassane  Barry a reçu l’hommage du journaliste culturel Mohamed Salif Keita de la RTG.

Lisez !
« Le troubadour de la Capitale » a tiré sa révérence.
C’est ainsi que mon ami feu ABD l’appelait. Dans le cadre de mon émission Place aux Artistes, j’avais réalisé un documentaire format standard de 12 minutes sur lui. Sous forme de portrait, je l’avais suivi partout pour mettre en lumière son talent. Cela fut fait! C’est grâce à moi que son père un patron de la sécurité à la CBG, issu d’une famille féodale du Fouta, précisément de Bantignel, dans la préfecture de Pita, neveu de Barry III,accepta que son fils fasse désormais de la musique. D’ailleurs, il le dira dans le documentaire.
Suite à ce film, le talent de cet artiste altruiste, dandy, qui portait allègrement sa guitare en bandoulière fut reconnu par les plus grands mélomanes du landerneau de la capitale guinéene. Ses chansons  » Bayo Bayo, N’gnalen, passaient en boucles sur les antennes de la RTG. Ahlassane Barry passa son enfance à Dakar, chez sa mère Sénégalaise . A Dakar, il forgera son talent et apprendra à jouer de la guitare, avant de rejoindre son père à Kamsar qui était hostile à sa démarche artistique. Couvé par sa grand-mère, il abandonnera tout à Kamsar en vue de vivre sa passion à Conakry. Ce Guitariste talentueux jouait du Folk-Song comme Tracy Chapman, il vivait dans l’allan de son époque. Il s’en ira en Europe, car, repéré par le producteur Mohamed V, il vivra à Lyon où il produira son premier Album.  » DJANFA » enregistré en 2005. Ledit disque sortira en 2006, édité par la structure M5 production de lyon. Ce père d’un garçon vivant dans cette ville française, aura marqué son passage. De la pensée pieuse pour lui et que son âme repose en paix.

Mohamed Salif Keita