Une Belgo-Israélienne prétend être la fille du roi Hassan II et saisit la justice belge : le Maroc porte plainte

0
31

Jane Benzaquen prétend depuis des années être la fille cachée du défunt roi Hassan II du Maroc. Cette Belgo-Israélienne de 69 ans a saisi la justice belge pour entamer ses démarches en reconnaissance de paternité. Le Maroc contre-attaque et ne compte pas la laisser mener à bien ses poursuites. Hassan II est décédé en 1999. 

Jane Benzaquen devant les tribunaux belges pour prouver sa filiation avec le roi du Maroc

Une nouvelle histoire de reconnaissance de paternité royale se déroule en Belgique, après le combat judiciaire de la fille naturelle du roi Albert II, qui pendant sept ans s’est battue devant les tribunaux – Delphine a obtenu gain de cause en 2020 -, une autre Belge prétend être la fille cachée d’un monarque. Jane Benzaquen, d’origine marocaine, bénéficie de la double nationalité belge et israélienne. Née Jane Jossart en 1953 en Belgique, elle a quitté le pays à ses 18 ans et est partie vivre en Israël.

Jane Benzaquen, aussi appelée Hedva Selaa (du nom de son époux), avait fait parler d’elle en 2008 lorsqu’elle avait entamé ses démarches devant la justice israélienne, son pays de résidence depuis son alya. Elle prétend être la fille naturelle du roi Hassan II, issue d’une relation entre le père du roi Mohammed VI et Anita Benzaquen, nièce de Léon Benzaquen, ancien ministre marocain des PTT. Au moment de sa naissance, Hassan II n’était encore que le prince héritier. Hassan II a succédé à son père, Mohammed V, en 1961. Les démarches de Jane Benzaquen n’avaient pas abouti en Israël. Hedva a aussi un frère aîné, Jacky, qui ne souhaite pas entreprendre de démarches.

Jane Benzaquen n’en démord pas et compte profiter de sa double nationalité pour retenter sa chance devant les tribunaux belges. Le journal L’Echo rapporte que ce 10 janvier 2023, une audience a eu lieu au palais de justice de Nivelles. Devant la chambre familiale du Tribunal de première instance du Brabant wallon, la fille présumée du défunt roi du Maroc était représentée par les avocats du bureau UGKA, ceux-là même qui ont permis à Delphine de Saxe-Cobourg d’aboutir à une reconnaissance de paternité d’Albert II.

Le royaume du Maroc dépose une plainte pour escroquerie

Si les membres de la famille royale marocaine refusent une quelconque comparaison ADN, Jane Benzaquen pourrait demander une compensation financière faute de reconnaître sa filiation. Selon le journal économique belge, les « éventuelles compensations pourraient se chiffrer à des millions d’euros, une quinzaine, estime une source ».

 

L’Echo explique que Jane Benzaquen a contacté les avocats belges il y a quelques années et qu’ils s’étaient notamment rendus en 2018 chez l’ambassadeur du Maroc en Belgique, pour lui exposer un « dossier particulièrement sensible » et lui présenter les revendications de leur cliente, qui se présente comme la « fille naturelle de feu Hassan II ». La démarche auprès de l’ambassadeur était de trouver « une solution amiable, discrète, juste et équitable ».

Le sujet est particulièrement sensible car la Belgique se retrouve mêlée à une affaire diplomatique délicate avec le Maroc. Le royaume du Maroc a d’ailleurs déposé plainte pour escroquerie auprès d’une juge d’instruction bruxelloise contre Jane Benzaquen et les membres belges de sa famille. Le royaume alaouite base son accusation d’escroquerie sur le fait que Jane Benzaquen prétend vivre depuis des années en Belgique. L’avocat du Maroc, Me Stanislas Eskenazi, regrette que « la justice belge soit ainsi prise en otage » et « espère obtenir la condamnation de celle qu’il considère comme une arnaqueuse », conclut L’Echo.

En 1956, année de naissance de Jane Benzaquen, le futur roi Hassan II, encore prince héritier de son père, vivait une autre idylle qui défrayait la chronique. Le jeune Moulay Hassan, âgé de 25 ans, venait de se faire opérer des amygdales en France et a rencontré Jeannine Paulette Verret, durant sa convalescence sur la Croisette.

Cette Parisienne est mieux connue sous le nom de scène d’Etchika Chourau, avec à son actif de nombreux films à succès. Le magazine Tel Quel consacrait un article à cette romance improbable en pleine période de prise d’indépendance du Maroc de la France. L’histoire prit fin quand Hassan II a succédé à son père. Une fois roi du Maroc, Hassan épouse la princesse Lalla Latifa, mère de ses cinq enfants, dont Mohammed VI.

histoiresroyales.fr