Unification du patronat guinéen: une sortie dangereuse du ministre Bernard Gomou

0
943
L’avènement au pouvoir  du Conseil National du Rassemblement pour le Développement(CNRD) le 5 septembre 2021,  a suscité beaucoup d’espoir chez des millions de guinéens, si l’on a  cru  rompre avec les anciennes pratiques  du régime déchu, aujourd’hui,le comportement de l’actuel ministre du commerce,de l’industrie et des petites et moyennes entreprises, Bernard Gomou laisse entendre des doutes par rapport à la réussite du projet d’unification du patronat Guinéen  recommandé par le Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition,chef de l’État.
Les différentes sorties médiatiques du ministre   Bernard Gomou crée t-il des doutes  chez des acteurs du secteur privé Guinéen ? Oui !
Invité dans une émission de la place le samedi dernier,le ministre Bernard Gomou aurait affirmé que c’est l’État qui a reconnu le patronat de Kaba Guiter ‹‹comme l’État c’est la continuité››.
Quels  propos dangereux proférés par un membre du gouvernement de Mamadi Doumbouya qui suscitait assez d’espoir.
À l’heure où la majorité des fédérations patronales et organisation professionnelles du secteur privé guinéen veulent  la tenue d’un congrès légal pour la mise en place d’un bureau unique au niveau du patronat Guinéen, ce ministre troublé à l’allure conflictuelle  des industries s’est permis  de parler ainsi. Le ministre n’a t-il pas cherché à s’informer des évènements qui ont survenus  pour la mise en place des différents bureaux du CNP-GUINÉE en 2016.
Le ministre d’État, ministre  de la Justice et Garde des sceaux d’alors ,Me cheick Sacko n’avait t-il pas déclaré:‹‹ que le congrès qui a élu Kaba Guiter est nul et non avenue››. Quel est alors le projet voilé  et dangereux de Bernard Gomou ?
Dans cette même émission le ministre
a parlé des partenaires sociaux du monde du travail. Pour votre information M. le ministre,l’OIE ,n’est  qu’une ONG affiliée au BIT, et la FOPAO c’est une Association des patronats de l’Afrique de l’Ouest.Ces organisations  ne sont que  des partenaires sociaux  mais seules les   fédérations patronales membres  peuvent élire et de reconnaitre un  président et un bureau exécutif du  patronat à travers un congrès électif.
Ce qui n’a pas été le cas  pour  Ansoumane Kaba Guiter.
Il est important de rappeler que le  soit disant congrès de Kaba Guiter s’est tenu illégalement et s’est fait annulé par les juridictions guinéennes,ce qui fut confirmée par le ministre d’État, ministre de la justice, garde des sceaux, cheick Sacko, à l’occasion d’une conférence de presse.Et de par la communication confirmative du giuvernement par le biais du premier d’alors,Mamadi Youla.Suivi de la communication du porte parole du gouvernement à l’époque, Albert Damantang Camara, suite à  un conseil des ministres,qui avait déclaré que le conseil des ministres recommande aux membres du gouvernement de ne pas s’immixtion dans les activités du patronat.
M.le ministre ,en qualité de ministre de la république, votre immiscion dans le projet d’unification du patronat guinéen par la mise en place  d’un seul et unique patronat  ne doit être que par  la conciliation et de la modération des acteurs du secteur privé Guinéen.  . Pas plus ! Cependant,  ce sont des fédérations patronales qui doivent décider de cela  en toute indépendance.À ce jour, la majorité des fédérations patronales demandent la mise en place d’un bureau provisoire  indépendant et neutre  dont le président ne sera ni électeur ni éligible afin de conduire le processus d’unification en cours.
C’est le moment de recadrer ce jeune ministre assureur  de profession, inexpérimenté  du monde de  travail afin de permettre au gouvernement du Colonel Mamadou Doumbouya de répondre aux attentes du secteur privé Guinéen.
Ibrahima Kalil Sylla pour www.conakrynews.org625444534