3 Avril 1984: quand l’armée s’emparait du pouvoir après la mort de Sékou Touré

10642

C’est la date qui aura finalement mis fin au régime du parti démocratique de Guinée. Contre tout attente,la voix d’un anonyme capitaine Facinet Touré mettait fin aux 26 années sans partage de la révolution qui gouvernait le pays depuis l’aube de son indépendance au nom d’un comité militaire de redressement national(CMRN) qui se disait prendre en charge les destinées du pays. 

Il faudra attendre le 5Avril 84 pour connaître la composition de ce fameux CMRN et du gouvernement dont faisaient au départ deux civils seulement Abou Camara et Zainoul Abedine Sanoussi.

Cette junte en réalité était dirigée par le colonel Lansana Conté qui sera proclamé par les militaires chef de l’état. Son alter ego Diarra Traoré deviendra le Premier ministre, c’est ainsi que tous les anciens dignitaires sous l’ère SEKOU Touré seront arrêtés et jeter en prison.

Seul Sory Doumbouya alors gouverneur de Kerouané et Diarra Traoré feront l’exception. Un déferlement populaire accueillera l’annonce de la mise à mort de l’ancien régime. Le colonel Lansana conté dira qu’il n’y aura pas de vengeance ni de chasse à l’homme.
C’est un ainsi que l’administration de l’ère Conté débutera sans soubresauts mais pour de courte durée. En moins d’un an les frictions apparaîtront au sein du CMRN.

Frictions qui seront démenti par Lansana Conté mais le journaliste français du journal le monde Jean Claude Pomonti écrira vers la fin de l’année 84 que Lansana conté n’aura pas le choix que de se débarrasser de son gênant et bavard premier ministre Diarra Traoré qui du reste se croyait l’homme fort du régime.

Sans donner la source de son information des journalistes français entre eux diront sur le Dakar que seul le monégas que Bernard Vatrican à l’époque marabout blanc et conseiller personnel de Lansana conté pouvait être à l’origine de cette information.

Jean Pierre Muriel colonel de l’armée française à l’époque représentant le ministère français de La Défense nationale sur le DAKAR confirmera la véracité de l’information publiée dans le monde à Saly Portudal station balnéaire à moins de 100km de Dakar dans le département de M’bour.

Les renseignements Guinéens étaient au courant de ce projet, Lansana conté quoique bien informé faisait le faux niais dans un dossier dont il avait la maitrise totale.

Se sentant fort même très fort,il décidera de couper les branches pourries du CMRN.

Diarra Traoré sera largué au poste de ministre d’état chargé de l’éducation nationale,l’homme était alors affaibli.Et son clan était mis sous haute surveillance,ces contradictions prendront fin par la tentative de putsch écrasé dans l’œuf par le clan de conté. Diarra et ses partisans seront arrêtés et mis hors d’état de nuire.

La télévision nationale montrera pour quelques secondes Diarra Traoré nu par terre en slipe les bras ligotés et les brodequins sur la colonne vertébrale invoquant le bon Dieu et sa mère c’était la pure des humiliations pour un chef militaire qui se disait avoir pris le pouvoir sur une bande magnétique dont la copie a été diffusé à la RTG sans précautions aucune dans laquelle il considérait Lansana conté parti assisté à un sommet de la CEDEAO à Lomé comme un simple citoyen en exil. Il ignorait qu’il était infiltré dans son propre camp et que les taupes de Lansana Conté faisaient très bien leur travail.

Selon certaines informations proches des services de renseignements français,que c’est de sa chambre de l’hôtel du 2Février que Facinet TOURE alors ministre des affaires étrangères dictait à Hervé Vincent Bangoura les noms de ceux qu’ils fallait arrêter avec ou sans preuve,il en profitera pour mettre sur sa propre liste tous ceux qui lui portaient ombrage.

Cette dernière information venait d’un milieu proche d’un condisciples du capitane Amadou Kouyaté à l’école des renseignements militaires des États Unis.

Dans les troubles en Sierra Leone Amadou Kouyaté était l’homme qui est parti chercher Siaka Stevens en compagnie d’un contrôleur général de police encore vivant mettre Siaka Stevens dans le coffre d’un véhicule Volvo 244 DL sans numéro pour le faire venir en Guinée en lieu sûr pour protéger la vie du President léonais.Pour conté et son clan,cet homme était dangereux même innocent il fallait l’arrêter.

L’informateur tenant cette version était sur la rue Rivoli à Paris. Lansana conté rentre de Lomé accueilli par un carré de fidèles qui le proclamera Général,mais plu tard conté dira à ses proches dans sa plantation de Gbantama dans Dubreka que parmi ses fidèles ils y avaient aussi des complices de l’autre camp.

Erreur fatale,ou faute grave conté lâchera au palais du peuple le mot de trop qu’il ne fallait peut être pas dire en s’adressant à ses nombreux partisans »Wo Fatara »ce qui conduira à la vindicte populaire contre une ethnie et ses biens. Certains malinkés lui en voudront pour cela jusqu’à sa mort.

Mais les familles guinéennes naturellement imbriqués les unes aux autres par l’histoire,la tradition et les faits sociaux arrivent à mettre ensemble toute la population quelque soit l’origine des divergences qui se dressent devant nous quelque soient les problèmes auxquels on a en face devant n’importe quelle variante. C’est peut-être cette formule qui a toujours sauvé la Guinée et sans doute qu’il la mettra ensemble pour l’éternité.

Ibrahima Diallo, ancien  DG Liberté FM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here