AUJOURD’HUI : 18 septembre 1973, le Sénégal rompt ses relations diplomatiques avec la Guinée Conakry

190

Une décennie après leur indépendance respective, le Sénégal et la Guinée continuent d’entretenir des relations souvent heurtées.

La différence idéologique aidant, les présidents Sékou Touré de la Guinée et Léopold Sédar Senghor du Sénégal apparaissent comme adversaires sur plusieurs questions. A cause des attaques et accusations répétées de Conakry qui accuse son régime de complot, le président Senghor rompt les relations diplomatiques avec la Guinée, le 18 septembre 1973.

Idéologiquement opposés depuis le référendum de 1958, la Guinée et ses voisins de l’Afrique occidentale française, notamment le Sénégal et la Côte d’Ivoire, peinent à entretenir des relations normales. Le débarquement de commandos en Guinée, le 22 novembre 1970, pour s’emparer de Sékou Touré vient renforcer les sentiments amers de ce dernier envers ses homologues présidents. Les relations s’enveniment de plus en plus et Conakry se lance dans une campagne de dénonciation et d’accusation contre Abidjan et Dakar. Hophouet Boigny et Senghor sont surtout cible de Sékou Touré pour avoir refusé de lui livrer les réfugiés guinéens séjournant sur leurs sols.

Las de cette situation, le Sénégal saisit l’Organisation de l’Unité africaine pour protester contre les attaques de la radio guinéenne qui déroulait un programme hostile à son égard. Elle traitait le Sénégal et la Côte d’Ivoire de « traitres » et « fantoches ». Face à l’inaction de l’OUA, le Sénégal rompt ses relations diplomatiques avec la Guinée Conakry, le 18 septembre 1973. C’est à travers un communiqué du ministre de la communication qui assure que le pays hébergera  » tout Africain qui n’est plus en sécurité dans son pays, comme c’est le cas de ces centaines de milliers de Guinéens qui ont lui l’enfer de Conakry « .

Senenews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here