Célébration de la journée des MGF : la ministre de l’Action Sociale appelle les acteurs à une synergie d’action contre l’excision en Guinée

10525

Le ministère de l’Action Sociale de la Promotion Féminine et de
l’Enfance à travers Mme  Diaby Hadja Mariama Camara accompagnée  de la
première Dame de la République Hadja Djene Kaba Condé à procédé ce
mercredi 06 février à Conakry, au lancement de la journée
internationale tolérance zéro aux mutilations génitales féminines en
Guinée.

Le thème retenu  de cette année est de “Traduire les décisions
politiques en action concrète à la base pour accélérer l’atteinte de
la tolérance zéro pour mutilations génitales féminines d’ici à
l’horizon 2020-2030.

Dans son discours de circonstance, Hadja Mariama Camara, Ministre de
l’Action Sociale de la Promotion Féminine et de l’Enfance à tout
d’abord souligné que la commémoration de cette journée qui est une
volonté de la communauté internationale intervient dans les États
comme un puissant moyen de plaidoyer, interpellant les décideurs
politiques et les leaders communautaires à plus d’engouement et
d’action en faveur de l’abandon des mutilations génitales féminines.

« La pratique affecte dangereusement la santé et le bien de la femme.
Le phénomène de pratique traditionnelle notamment l’excision constitue
des formes de violence par fois tolérées par les traditions et les
cultures qui sévices dans la plupart de nos contrairement obligations
qui découlent des droits humains et au besoin de développement des
femmes et des filles, » affirme la ministre de l’Action Sociale.

« Les chiffres à date révèlent que nous sommes auprès de 97% c’est
pour relever ce défi socioculturel que notre pays, qui est l’un des
premiers signataires de toutes les conversations et traités qui
protègent les droits des femmes et des enfants à adopté les mesures
d’ordre politique, législatif et institutionnel.

L’adoption de ces lois nationales contre l’excision, la révision du code de l’enfant et
des lois relatives à la lutte contre les MGF est entre autres efforts
voulu par le président de la république, » indique Mme Diaby Mariama
Camara.

« Nous allons organiser une série d’activité. Celle-ci seront orientée
vers les décideurs, les enfants surtout les femmes à tous les niveaux
en vue de susciter leur engagement aux actions de promotion et de
protection des droits de la femme en général, en particulier l’abandon
de la mutilation génitale féminine.

Un accent particulier sera mis à la concertation avec les professionnels et auxiliaires de la justice
en vue d’identifier les voies et moyens visant à renforcer
l’application de la loi, » a déclaré.

Pour terminer, Madame la ministre de l’Action Sociale de la Promotion
Féminine et de l’Enfance a appelé les acteurs à une synergie d’action
sectorielle plus accrue dans le domaine car c’est au prix de l’Union
que nous gagnerons le pari de l’abandon de cette pratique. A conclu la
ministre.

Auteur : Sana Sylla 625.480.252

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here