Guinée: l’insuffisance des infrastructures sanitaires normalisées handicape le secteur de santé(Dr Mohamed KONE)

11560
Exterior of the new Hope Center within the Ingnace Deen Hospital in Conakry

Le Gouvernement de la 3ème République a procédé au recrutement de 4 2OO nouveaux agents de santé à la fonction publique, permettant de faire passer les effectifs de 8 823 à 12 377.

 Par rapport au budget global du pays, le secteur de la santé a connu une progression importante passant de 81 Milliards, soit 2,27% en 2011 à 1 325 Milliard, soit 7,41% en 2018.

En matière d’infrastructures et d’équipements, il a procédé à la construction ou rénovations de 223 centres de santé Ruraux et urbains, 6 centres de santé améliorés, 7 hôpitaux préfectoraux, 1 centre national d’hémodialyse, l’hôpital national de Kipé et celui de Donka dont la rénovation est en cours d’achèvement.

Sur le plan logistique, le Gouvernement a mis à la disposition des structures de santé 402 véhicules 4×4, 81 ambulances, 18 camions d’approvisionnement et 1105 motos pour les stratégies mobiles des agents de santé de terrain. 1340 réfrigérateurs sont en cours de livraison et d’installation pour améliorer la stratégie nationale de vaccination.

Malgré ces progrès enregistrés au cours de ces dernières années, le secteur de la santé reste confronté à des défis qui ont pour noms :

  • Moralisation des professions de la santé ;
  • Développement du marché illicite et prolifération des structures privées illégale
  • Faible participation des communautés dans la gestion des problèmes de santé ;
  • L’insuffisance des infrastructures sanitaires normalisées pour répondre à tous les besoins ;
  • L’insuffisance de personnel de santé à l’intérieur du pays ;

 

La dégradation de la situation sanitaire du pays s’explique par une mal gouvernance généralisé aux trois (3) niveaux de la pyramide sanitaire :

Des DPS (Directeur préfectoral de la Santé) non efficace à la périphérie, (certains DPS ont plus de 15 à 20 ans à leur poste ;

  • Les DRS (Directeur Régional de la Santé) qui devrais normalement jouer le rôle d’interface entre le niveau central et le niveau périphérique ne fonctionne pas ;
  • Quant au niveau central qui a pour mission d’orienter l’action du secteur, à ce niveau c’est la routine qui domine, ce fait aussi est lié à un groupe qui n’a fait que trop duré a des postes stratégiques du Ministère ;

Les conséquences dramatiques de cet état de fait sont aujourd’hui :

 

  • Des structures sanitaires sous équipé qui ne répondent à aucune norme standard universel, (le pays manque des matériels d’investigation clinique et thérapeutique) ;
  • Le marché illicite de médicaments reste toujours puissant. Il faudrait que l’on trouve une solution à ce problème dangereuse pour la population ;
  • Le personnel de santé évoque à tous les niveaux leur mauvaise condition de travail, (salaire très bas et pas de motivation).

En effet, notre système de santé a besoin d’un changement et pour y parvenir il faut des hommes intègres, courageux et patriotes pour mener une bonne gouvernance ; il en existe bien sûr ce type de cadre, Si cette réflexion trouve un écho favorable et accompagner par la volonté politique des décideurs.

         Quelques problèmes du système de Santé et leurs solutions : 

 

  1. Certains médecins ont transformé leurs bureaux en des cliniques privées dans l’enceinte même des hôpitaux ;

Solutions : Mise en garde des chefs de service et surveillance général,

avec une grande sensibilisation des patients pour le respect des tarifs officiels.

 

  1. Sédentarisation des cadres aux postes dans les districts sanitaires ;                                                                                                                                                                                                                                                              

Solution : procéder régulièrement des remaniements des cadres entre les

districts sanitaires du pays avec l’implication des administrateurs

Territorial ; (Aucun responsable ne doive dépasser 5 ans à son poste).

 

  1. Plusieurs DPS et DH sont à la retraite depuis certains temps.

Solution : Vérifier les actes de nomination de tous les DRS, DPS et DH, pour

Une application des textes par l’Inspection Général de la Santé.

 

  1. Insuffisance de l’encadrement éthique et moral des professionnels de la Santé par le Ministère de la Santé ;

Solution : Nécessité d’un service d’Inspection efficace, Constant et soutenu ;

Une bonne collaboration entre l’Inspection, l’ordre des Médecins et

L’ordre des Pharmaciens, pour un contrôle de l’application des textes.

 

  1. L’impact des apports fournis vers le niveau opérationnel (hôpitaux, Centres de Santé, programmes et projets), laisse à désirer au niveau des bénéficiaires ;

Solution : Désigner un inspecteur auprès de chaque programme et projets ;

Pour contrôler en amont et en aval l’utilisation des fonds.

 

  1. Peu de rapportage des activités des structures de soins privés agréées auprès des différentes DCS/DPS, une sous notification dans les statistiques du système national d’information sanitaire ;

Solution : L’implication des structures privées dans les Conseil technique

Préfectoral de santé / Conseil technique Régional de Santé (CTPS et CTRS)

Pour une harmonisation des informations sanitaire.

 

  1. Les structures privées de soins sous l’étiquette d’Organisation Non Gouvernementale (ONG), pour contourner le Ministère de la santé en exercent la médecine.

Solution : Améliorer la procédure d’obtention des documents légaux au

Ministère de la santé avec l’implication de l’Inspection Général de la

Santé (IGS).

 

  1. Les Médecins du service public ont leur cabinet privé dans les quartiers sans agrément et les pharmaciens du secteur privé sont simultanément à la fonction publique ;

Solution : Fermeture de toutes les structures qui ne possèdent pas d’agrément ;

Avec des mesures répressives contre les fraudeurs par l’IGS.

 

  1. Les matériels et équipements octroyés par l’Etat et les partenaires sont détournés pour les cliniques et cabinets privés de certains cadres du système de santé ;

Solution : Mise en place d’une mesure préventive, légale et coercitive, en

Partenariat avec les services de répression sous la responsabilité de

L’Inspection Générale de la Santé.

 

      Dr Mohamed KONE

Tel : 625 76 68 21

Email : bilingueinfos@gmail.com

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here