« Macron joue un jeu dangereux en Libye »

7146

Anelise Borges a quitté Tripoli même pour sa banlieue. A Ztarna, elle a notamment rencontré le commandant de la Brigade Yatrib. C’était juste après la rencontre entre Emmanuel Macron et le général Haftar. Alors que les combats ont gagné en intensité aux abords de la capitale libyenne, le président français a demandé à l’homme fort de l’Est de la Libye qu’une cessation des hostilités « intervienne le plus tôt possible », selon la présidence française. Mais pour Haftar, « les conditions pour un cessez-le-feu ne sont pas réunies ». Une chose est sûre, la rencontre a été mal perçue par la Brigade Yatrib qui a combattu pour chasser Daech de Syrte.

« Nous voici dans un hôpital de campagne près de la ligne de front de Ztarna, dans la banlieue de Tripoli. Nous avons été invités à assister à l’Iftar, repas qui rompt le jeûne pendant le Ramadan, avec les troupes de la brigade Yatrib. Et pendant que nous étions ici, nous avons entendu parler de la rencontre du général Khalifa Haftar avec le président français Emmanuel Macron. J’ai demandé au commandant de la brigade ce que cette réunion signifiait pour les Libyens qui combattent sur la ligne de front. Il a dit que « la France jouait un jeu très dangereux en Libye. » Mohamed Khalil Issa , Commandant de la brigade Yatrib.

Mohamed et ses troupes de Misrata faisaient partie des forces responsables de la victoire dans la bataille de Syrte, le « dernier bastion » du groupe Etat islamique en Libye.

L’ironie, dit-il, c’est que ceux qui ont expulsé le groupe terroriste hors du pays en 2016 sont maintenant appelés terroristes :

« Ceux qui sont avec Haftar maintenant, ils n’ont pas combattu le terrorisme. Nous l’avons fait. La vraie guerre. On s’est battus pendant 7 ou 8 mois. Ce qui a entraîné le martyre de plus de 700 personnes et 12 000 blessés… Vous dites que vous luttez contre le terrorisme à Tripoli et que ce sont des terroristes ?! Ils ont combattu Daech avec moi ! »

 

« Ces hommes disent qu’ils sont ici pour défendre leur pays et son avenir. Ils estiment qu’Haftar représente une menace pour la démocratie en chemin et la stabilité de la Libye et que la communauté internationale devrait faire beaucoup plus pour arrêter cette guerre. Une guerre à laquelle ces hommes disent vouloir mettre fin le plus vite possible. Une guerre qu’ils auraient préféré voir ne jamais commencée » conclut notre envoyée spéciale Anelise Borges.

L’Élysée a annoncé que la diplomatie française serait « très active dans les prochaines semaines » pour essayer de favoriser une solution même si « nous ne sommes pas naïfs » face à « une situation délicate et difficile à décrypter ». Elle maintiendra pour cela « un dialogue constant » avec l’ONU, l’Italie, ancienne puissance coloniale, les autres capitales européennes, Washington et les acteurs régionaux, comme l’Égypte.

Emmanuel Macron avait reçu le 8 mai le chef du GNA Fayez al-Sarraj, qui avait accusé la France de soutenir le maréchal Haftar, des critiques jugées « inacceptables et infondées » par Paris, mais plutôt répandues dans la région.

« La France, mais je ne veux pas dire le peuple français, je veux dire Emmanuel Macron, est celui qui a soutenu Haftar. Pour chaque mort ici, Macron est responsable. Ces trois pays arabes, l’Egypte, l’Arabie Saoudite et les Emirats, soutiennent Haftar mais Macron est le plus diabolique de tous. Macron a soutenu Haftar politiquement et militairement. »

In euronews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here