Pudeur et mœurs : il faut interdire la poupée sexuelle par anticipation en Guinée

0
370

Les Européens et les Asiatiques ont quelque chose de commun: le manque de foi et la dépravation des mœurs qu’ils veulent exporter dans le reste du monde. Ainsi, ils ont créé des poupées pour adultes calquées sur des femmes érotiques avec lesquelles certains pervers cherchent à se satisfaire chez eux : la poupée sexuelle.

En terme de perversité, le Japonais est le Numero 1 du monde. Une des caractéristiques des Japonais est d’aimer instinctivement le sexe sans vouloir d’enfant. C’est ainsi qu’il y a 30 ans, des travailleurs japonais au Zaïre (actuel RDC) feront tuer tous les bébés qui naitront de leur union avec des femmes zaïroises et dans leur centre hospitalier. Seuls les enfants nés à l’insu du père japonais (en brousse et en cachète) échapperont à la mise à mort. Pas étonnant donc que la poupée sexuelle ait été créée par une société japonaise, l’Orient Industry, qui les surnomme «dutch wives» (épouses hollandaises) au Japon.

Cette création irresponsable et perverse, de la femme idéale taillée sur mesure, avec une beauté et la forme surnaturellement parfaite, est un danger pour la société humaine : elle pourrait faire des hommes fous et des femmes malheureuses et malades. Ces créatures irréalistes n’existent pas dans la vie réelle. C’est du fantasme matérialisé pour satisfaire des hommes malades à la recherche du parfait. Il faut signaler que cette folie ou évolution perverse existe aussi du côté féminin avec des objets sexuels infatigables (objets durs et électriques pour simuler le power-sexe masculin). Quelques exemples d’objets sexuels utilisés par des femmes perverses qu’aucun homme ne peut plus satisfaire :

Dans leurs propagandes commerciales, les médias asiatiques et occidentaux vont jusqu’à déclarer aux femmes que ces objets sont « indispensables pour votre vie sexuelle » et affirmer aux hommes que ces poupées sont tellement réalistes que « si vous en achetez une, vous n’aurez plus jamais besoin d’une petite amie ».

C’est la silicone douce qui est utilisée lors de la création des poupées, permettant une sensation du toucher de la peau « très réaliste ». En outre, « les poupées peuvent être habillées de vrais vêtements pour accroître le réalisme. Ces poupées ont habituellement un squelette flexible articulé en métal, ce qui permet de les placer dans des positions variées en vue d’actes sexuels », décrit wikipedia.

Non seulement cette promotion de la perversité contribue à la dépravation des mœurs, au recul de la pudeur, à la banalisation de l’immoralité, mais aussi elle conduit à des crises sociales irréversibles (conflits et déchirement conjugaux, crimes sexuels et pédophilie). En effet, les hommes qui se s’adonneront sexuellement à des poupées (objets morts à l’image de femme) pourraient évoluer en nécrophiles (des hommes qui violent des cadavres de femmes) ou s’habituer à des pratiques perverses non concevables ou admissibles par leurs partenaires. Ils peuvent ainsi être amenés à l’exercer de force sur ces dernières ou à cibler des enfants qui sont faibles et sans défense devant eux (pédophilie).

Quelques exemples édifiants :

1) – À Atlanta, James (dans cette photo) et Tine forment un couple heureux. Mais quand il s’agit de sexe, James dit qu’il préfère faire appel à April, une de ses trois poupées sexuelles.

2) – Au Botswana: la presse fait cas d’un homme qui divorce de sa femme pour une poupée sexuelle.

Pour toutes ces raisons que nous venons de citer, nous demandons à nos législateurs et au pouvoir de prendre les mesures qu’il faut pour interdire l’introduction des poupées adultes et toutes formes d’objet sexuel destiné à remplacer la femme ou l’homme, sur le territoire guinéen. Chez nous comme ça l’était partout ailleurs, les poupées sont et doivent rester pour les enfants ou pour des mères d’enfants.

Source: guineepresse.info

 

poupee_atlanta.jpg

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here