Traumatisé par l’affaire Bolloré, le pouvoir de Conakry brise le silence

0
83

‘’ Éclairage sur la résiliation de la concession du Terminal à conteneur de GETMA International – NECOTRANS ’’ est le thème d’une conférence de presse de la commission d’enquête administrative du port à conteneur de Conakry. L’objectif est de faire le point sur la résiliation de la concession du terminal à conteneur de la société GETMA International. Cette convention s’est étalée  sur une période qui fait aujourd’hui 10 ans, 3 des régimes politiques ont connu ce dossier en commençant par le régime de feu Général Lansana Conté, le régime de la transition avec le Capitaine Moussa Dadis Camara et le régime du président Alpha Condé.

Cette rencontre intervient au moment que le port Autonome de Conakry est impliqué dans une affaire de corruption à travers  l’homme d’affaires français Vincent Bolloré. A l’entame, les conférenciers on fait croire que c’est une partie du port qui à été donnée  à  Bolloré.

«Bolloré a une concession sur une partie du port de Conakry. Il ne faut pas oublier que le port est un endroit stratégique. On ne peut pas concéder tout le port de Conakry, c’est une frontière internationale, » dit l’un des conférenciers».

D’entrée de jeux, Sory Camara l’ancien DG du Port Autonome de Conakry souligne que, « On a marqué notre préoccupation dès le départ, on a dit que ça ne pouvait pas nous emmener loin, nous souhaiterions que cette convention soit arrêtée. Malheureusement, on n’a pas été entendu. Mais la réalité des faits nous a donné raison. La convention de Getma International a été signée le 22 septembre 2008, jusqu’en janvier 2011, aucun investissement n’a été opéré » argumente-t-il.

 Pour sa part, Alpha Ibrahima Keïra, ancien ministre des Transport ajoute que, « La loi dispose que lorsque vous avez un appel d’offres et que pendant les négociations, vous n’aboutissez pas à un résultat positif dans le cadre de vos pourparlers avec l’adjudicateur, vous êtes emmenés à vous rabattre sur le second, ainsi de suite. Et après la signature de la convention, deux ans et demie, le cocontractant de la partie guinéenne, qui n’est autre que l’administration du Port Autonome de Conakry, a constaté que le cocontractant  a failli à ses obligations contractuelles conformément au cahier de charges. Après une mise en demeure, il a été demandé de convoquer une séance extraordinaire du conseil d’administration. Toutes ces démarches ont été engagées bien avant l’arrivée au pouvoir du président Alpha Condé. Le Conseil d’administration, après avoir débattu de manière contradictoire, a soumis un projet de décret à l’autorité de M. le Président Alpha Condé, qui, conformément à son pouvoir constitutionnel, a été emmené à pouvoir à ce qui lui appartenait normalement », affirme Alpha Ibrahima Keïra.

Et pourtant, on se souvient que le port de Conakry a été unilatéralement arraché à Getma International en faveur de Bolloré. A l’époque, en 2011, Alpha Condé disait qu’il l’a fait parce que Bolloré est son ami depuis 40 ans.

A. Soumah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here