Devoir de mémoire: quand Sekou Touré attaquait violemment ceux qui dénoncent les atteintes aux droits de l’homme

0
4749

Conakry. –  » Telli Dialo a été condamné, donc il ne relève plus de mon domaine. Tous ceux qui sont condamnés à mort sont morts.  » Au cours d’une conférence de presse, événement rare à Conakry, tenue à l’intention d’un petit groupe de journalistes français, M. Ahmed Sekou Touré a évoqué en ces termes, dimanche 26 novembre, le sort du plus connu des prisonniers politiques guinéens.

Premier secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (O.U.A.) et ancien ministre de la justice. M. Telli Diallo fut arrêté en juillet 1976. Il lui fut reproché, à l’époque, d’avoir été l’  » âme d’un complot  » contre le chef de l’État guinéen, visant à l’instauration d’un  » gouvernement à majorité peule  » (l’une des ethnies du pays). Depuis sa condamnation à mort, on est sans nouvelles de M. Telli Diallo.

 » Qu’en a-t-il été des traîtres en France, aux États-Unis, en Allemagne ? A poursuivi le président. Ceux qui se dépensent en énergie pour parler des traîtres guinéens indiquent bien qu’ils les avaient corrompus. Ces traîtres étaient à leur service, le peuple guinéen est majeur pour analyser les faits et savoir ce qui était caché. « 

M. Sekou Touré s’est refusé à indiquer le nombre exact d’opposants encore détenus en Guinée. Il a, en revanche, lancé un  » appel au monde entier « .  » Quel est, a-t-il dit, le chef d’État qui veut que, lui et moi, visitions avec une commission internationale toutes les prisons de Guinée et toutes les prisons de son pays ? Si un répond, je suis prêt. On connaîtra mieux la réalité du monde. « 

Le président a ensuite violemment attaqué l’organisation humanitaire Amnesty International, qui, en juin 1978, a publié un rapport mettant en évidence les violations des droits de l’homme en Guinée :  » C’est une ordure, Amnesty International, si vous voulez que j’utilise les termes qui sont dans mon cœur, a-t-il déclaré. Je m’excuse auprès des personnalités dignes qui en sont membres, mais je sais que l’attitude de cette organisation a été dictée par les puissances qui voudraient isoler la Guinée. Ils perdraient leur temps. Je le dis, la voix haute. Il se passe bien des choses dans les pays européens, devant lesquelles Amnesty International reste absolument muette. « 

Source: le monde.fr