Guinée:Le secrétaire général du ministère des mines a-t-il empêché  le classement des sociétés Toro Gold,la NGDG et SWR internationale dans le contrat minier de  Kiniéro ?

0
13381
En tous les cas, cette attitude de la part de la deuxième personnalité du département des Mines fait débat dans le milieu des miniers.
Quoi qu’il en soit, l’arrivée du  Conseil National du rassemblement pour le développement(CNRD)  a suscité beaucoup d’espoirs  dans le  cadre d’un changement positif dans notre secteur minier en pleine expansion dans le pays. En vérité, dans un passé récent,  certains cadres évoluant dans ce domaine avaient fini par  monopoliser  ce secteur porteur de croissance pour le pays, soit pour des raisons mercantilistes, égoïstes ou par mauvaise foi.
En effet, selon nos sources dignes de foi, trois  sociétés qui étaient en compétition dans un appel d’offre du  contrat de Kiniero  à savoir : Toro Gold, SWR internationale et groupement National (GNDG) pour le développement de la Guinée avaient, a en croire nos sources,  rencontré des  difficultés à travers la main noire  de l’actuel  secrétaire général  du ministère des Mines et de la Géologie, à l’occurrence M. Saadou Nimanga, dit-on.
Selon les mêmes sources, le secrétaire général du ministère des Mines n’aurait ménagé aucun effort pour empêcher le classement des autres entreprises postulants à  cet appel d’offre au profit de Sycamore mining dans ce contrat minier de  Kiniéro.
‹‹C’est grâce à lui que la société SWR internationale  a finalement perdu des points dans  le contrat minier de Kiniéro. Ils sont allés  dire à la société Générale de Banque en Guinée, que l’une de  ces sociétés perdante de cet appel d’offre  restreint ou orchestré,  fait du blanchiment de capitaux parce que tout simplement cette société avait  reçu un ordre de  virement d’un montant de 2.226.940 dollars, dans cette banque››, affirment nos source.
 Toutefois, suite à nos investigations, nous avons pris connaissance  d’un document que le ministère de l’Economie a adressé à l’ancien Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana dont voici le contenu :
‹‹M. le ministre faisant suite à votre correspondance N 611/CAB/PM relative à la reprise des Mines de Kiniero, nous avons l’honneur de porter à votre connaissance que cette société a connu des difficultés  avec une institution financière de la place. En exécution de vos instructions de clarification, le dossier a été transmis à la cellule Nationale de traitement de l’information(CENTIF) financière du ministère de l’Economie et des Finances. Les difficultés de SW sont intervenues à la suite d’un virement de  montant de 2.226.940 US en sa faveur. En application de la L/2006/010/AN du 24 octobre 2006, relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux en République de Guinée. Une institution financière a procédé à une déclaration d’opérations suspectes auprès de la CENTIF. Ainsi, la CENTF a formulé des requêtes auprès des Administrations suivantes:
Le ministère des Mines
La Direction Nationale des Impôts
Le bureau Central Interpol Guinée
Le bureau Central Interpol Washington et la préfecture de Kouroussa.
Il ressort des conclusions des  investigations menées par la CENTIF que les renseignements collectés par la société SWR ne révèlent aucun indice laissant apparaître qu’elle serait impliquée dans les opérations de blanchiment de capitaux, criminels ou de financement de terrorisme en Guinée ou ailleurs, la CENTiF a adressé une correspondance à cette institution financière  sa décision de classement sans suite de la déclaration d’opérations suspectes››, explique le contenu de ce courrier  adressé à l’ancien Premier ministre du régime déchu.
Mais la réponse du   secrétaire général du ministère des Mines, Saadou Nimanga sur ce contrat minier de Kiniéro, nous laisse croire que ce contrat minier  a été obtenu sur la base des Compétences techniques.
‹‹Les offres reçues ont été évaluées selon leur contenu et en comparaison avec les critères retenus dans le cahier spécial des charges. S’il est vrai que les antécédents des candidats faisaient partie des critères, ils ne suffisaient pas à eux seuls à qualifier l’offre. D’autres critères tels que le montant des investissements projetés, la disponibilité immédiate du financement, le calendrier de reprise des activités étaient assez importants et déterminants dans le choix du candidat. Il faut noter par ailleurs que bien n’ayant pas d’expérience dans l’exploitation minière en tant que société, Sycamore a présenté une équipe de gestion de projet dont les membres ont des compétences techniques››, a affirmé le secrétaire général  du ministère des Mines.
Par conséquent, qu’il soit accusé ou pas, le secrétaire général du ministère des Mines, M.Saadou Nimanga  a fait l’objet d’assez de critiques par rapport à plusieurs dossiers miniers en Guinée: Or de Kiniéro, projets de bauxite, mines de fer de Simandou etc… C’est pourquoi, les nouvelles autorités doivent entamer  immédiatement  des réformes dans le secteur minier afin de permettre aux  sociétés minières  crédibles à opérer sans être inquiétées par certains cadres Guinéens qui préfèrent se servir au lieu de défendre l’intérêt du pays.
Martin Fofana