Home Actualité “Quelle que soit la durée du mensonge, la vérité le rattrape” :...

“Quelle que soit la durée du mensonge, la vérité le rattrape” : Voici l’hommage d’Aicha Koné à Soro

0
174

La diva Aïcha Koné, 63 ans, l’une des doyennes de la musique ivoirienne, a rendu un hommage musical à Guillaume Kigbafori Soro à travers son album intitulé ‘’ Mon beau pays’’. « C’est la vérité qui triomphe », dit-elle dans la chanson d’hommage.

Aïcha Koné, la diva de la musique ivoirienne a rendu hommage à Guillaume Soro, 49 ans, en exil forcé en Europe ainsi qu’à ses défunts parents. Notamment, feu Clément et feue Minata, géniteurs de l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. « C’est la vérité qui triomphe. N’abandonne pas ce que tu détiens déjà. Tu peux regretter ce qu’on te promet. Qui tue son chien, l’accuse de rage. Quand tu creuses le trou du mensonge, fait en deux en réservant un pour soi. C’est la vérité qui triomphe. Tout acte posé a ses conséquences. (…) la vérité triomphe toujours. Lorsque qu’une personne commence à dire qu’elle ne savait pas, c’est qu’elle commence à regretter », s’est adressé Aïcha Koné à Guillaume Soro.

« Je n’ai pas vu le temps passer. Le temps est si long. C’est la vérité qui triomphe. Quelle que soit la durée du mensonge, la vérité le rattrape toujours. Minata et de Clément, où êtes-vous ? Je vous appelle. La nuit devient longue. Tiénigbanani, SKG, Général Bogota, Affoussy Bamba. Ferké est loin de toi, Korhogo est loin de toi, Tafiré est loin de toi (…) », a-t-elle fait remarquer. Où est allée Affoussiata Bamba ? Où est allé Tiénigbanani ? Quelle tristesse ! Je n’ai pas vu le temps passer ? Où est allée Tiénigbanani ? Le village est confus ici en ton absence. Je veux mon pays. Je ne reconnais plus mon pays (…). Que le seigneur nous accorde une longue vie (…) », a conclu l’auteure de Wodjoro.

Soulignons que plusieurs proches du président de Générations et peuples solidaires (GPS) dont des députés sont incarcérés depuis le lundi 23 décembre 2020 pour atteinte à l’autorité de l’État. Quant à leur leader, Soro, il a été condamné le mardi 28 avril par le Tribunal correctionnel d’Abidjan à « 20 ans de prison; 4,5 milliards de FCFA d’amende et 2 milliards de FCFA de dommage et intérêt, la confiscation de la résidence, la privation des droits et l’émission d’un nouveau mandat d’arrêt ». Il est accusé de recel de détournement de denier publics et blanchiment de capitaux.

Afriksoir.net