Sanctions réclamées par des eurodéputés contre 25 personnalités dont Kassory, Diané et Damaro

0
234
DROITS DE L’HOMME. Sont visés les responsables des meurtres de manifestants depuis 2010 ainsi que les auteurs du massacre du 28 septembre 2009 toujours en fonction.
C’est une tache sombre dans la mémoire guinéenne. Le 28 septembre est censé commémorer le référendum constitutionnel français de 1958. Un symbole d’autonomie et de fierté. Ce jour-là, une grande majorité de Guinéens disent non à la communauté de type fédéral voulue par le général de Gaulle. L’indépendance de la Guinée est proclamée dans la foulée, le 2 octobre 1958. Cinquante et un ans plus tard, le 28 septembre 2009, se déroule à Conakry un des plus sinistres épisodes de l’histoire politique guinéenne.
Après la mort du général Lansana Conté au pouvoir de 1984 à 2008, une junte dirigée par le capitaine Dadis Camara s’empare du pouvoir. L’objectif est d’assurer une transition entre la IIe et la IIIe République. Il est aussi de remettre le pouvoir aux civils à l’issue d’une élection présidentielle.
Dès le mois d’août 2009, Dadis Camara laisse entendre qu’il sera candidat. Les forces d’opposition décident alors de marquer leur désapprobation.
Une grande manifestation s’organise au stade du 28-Septembre de Conakry. C’est une démonstration de force, pacifique, qui vise à rassembler un maximum de monde : partis politiques, mouvements, organisations de la société civile. Les manifestants affluent dès 8 heures du matin ce 28 septembre 2009.
Vers midi, des gaz lacrymogènes sont lancés à l’intérieur du stade, des coups de feu éclatent. Bérets rouges (membres de la garde présidentielle) et miliciens pénètrent dans l’enceinte. Toutes les issues sont bloquées. Des tirs en rafale ciblent la foule, des manifestants sont poignardés, des dizaines de femmes sont « violées et sexuellement mutilées », selon la Commission d’enquête internationale de l’ONU, qui dénombre 156 morts. Le carnage dure environ deux heures. Les auteurs de ces exactions qualifiées par les enquêteurs de l’ONU de crimes contre l’humanité n’ont toujours pas été jugés. Après sept ans d’instruction – elle a été close en 2017 –, aucun procès n’est à l’agenda en Guinée, où le président Alpha Condé a été réélu à un troisième mandat successif lors du scrutin controversé du 18 octobre 2020.
Vers de nouvelles sanctions européennes ?
Sur 71 Guinéens initialement sanctionnés par l’Union européenne (UE) dans le règlement du Conseil du 22 décembre 2009, cinq individus font actuellement l’objet de restrictions renouvelées (interdiction de voyager sur le territoire des États membres de l’UE et gel des avoirs qui y sont détenus) pour leur implication dans ce massacre.
Il s’agit de Moussa Dadis Camara, ex-chef du Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), résidant actuellement au Burkina Faso, de Jean-Claude Pivi, alors chargé de la sécurité présidentielle, de Moussa Tiégboro Camara, ex-ministre des Services spéciaux, de la lutte antidrogue et du grand banditisme, d’Abdoulaye Chérif Diaby, ex-ministre de la Santé, et de l’ancien aide de camp de Dadis Camara, Toumba Diakité.
Mais dans une « lettre sur la situation des droits humains en Guinée » datée du 8 avril, 32 eurodéputés rappellent au haut représentant et vice-président de la Commission européenne Josep Borrell que « les auteurs présumés du massacre du 28 septembre 2009 […] conservent des positions élevées au sein de l’administration civile et militaire, et participent activement à la répression des manifestations pacifiques de l’opposition ».
Parmi eux, ils identifient Ansoumane Camara, dit Baffoe, directeur général de la police, Ibrahima Baldé, haut commandant de la gendarmerie nationale, et Tiegboro Camara, actuellement secrétaire à la présidence chargé de la lutte contre le trafic de drogue, la criminalité organisée et le terrorisme en Guinée.
25 personnalités guinéennes ciblées pour violations des droits 
 
Ces responsables de l’appareil répressif figurent dans une liste jointe à la lettre des eurodéputés de 25 « personnalités du régime Alpha Condé » qui font « preuve de zèle pour supprimer l’opposition et violer les droits de l’homme ». Car les 32 signataires, issus de divers groupes parlementaires (groupe des Verts, groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates, groupe de la gauche, groupe Renew Europe, groupe des conservateurs et réformistes européens) dénoncent aussi l’implication de ces 25 personnalités dans la mort de « 250 personnes, souvent tuées à proximité par des agents des forces de défense et de sécurité » lors de manifestations de l’opposition organisées depuis 2010.
Et demandent à Josep Borrell de recourir au nouvel instrument de sanctions dont s’est dotée l’UE le 7 décembre 2020 pour « cibler les responsables de graves violations des droits de l’homme et de graves atteintes à ces droits partout dans le monde, quel que soit le lieu où elles sont commises et quelle que soit l’identité de ces personnes ».
Les 25 personnalités en question sont au cœur de l’appareil d’État. À commencer par le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana. Neuf ministres guinéens, dont le ministre de la Défense Mohamed Diané, et le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Albert Damatang Camara, sont également listés, ainsi que les présidents de l’Assemblée nationale Amadou Damaro Camara, de la Cour constitutionnelle, Mohamed Lamine Bangoura, et le directeur de la Caisse nationale de sécurité sociale, Malick Sankhon. En somme, tout l’édifice du système politique actuel.
Avec Le Point Afrique