Les évêques africains se distancient de la décision du pape – l’Eglise en Afrique ne bénira pas les couples homosexuels –

0
390

En Afrique, les prêtres ne donneront pas leurs bénédictions aux  couples homosexuels, comme proposé dans la déclaration Fiducia supplicans signée au Vatican décembre dernier .  Les Evêques du continent noir, opposent un “non” catégorique à cette décision du souverain pontife, objet de critiques et de commentaires depuis sa publication 18 décembre 2023.

Les Églises d’Afrique mettent en avant la doctrine sur le mariage chrétien et la sexualité qui restent inchangée pour eux, et estiment que les bénédictions des couples de même sexe ne peuvent se faire en Afrique sans risques de scandales.

« Pour cette raison, nous, Evêques africains, ne considérons pas comme approprié pour l’Afrique de bénir les unions homosexuelles ou les couples de même sexe parce que, dans notre contexte, cela causerait une confusion et serait en contradiction directe avec l’éthos culturel des communautés africaines», indique le communiqué rendu public par le Symposium des Conférences Épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM).

« Le langage de Fiducia supplicans demeure trop subtil à comprendre pour les gens simples», poursuivent les Evêques, qui ajoutent qu’il demeure très difficile de convaincre que des personnes de même sexe qui vivent dans une union stable ne revendiquent pas la légitimité de leur propre statut. « Nous, Evêques africains, insistons sur l’appel à la conversion de tous», insistent ils.

L’Eglise catholique en Afrique souligne la nécessité de ramener sur le droit chemin les personnes égarées au lieu de les bénir, en citant des versets bibliques tels le livre de Romain chapitre 12 le verset 2 qui déclare que « la mission miséricordieuse de l’Église est d’aller à contre-courant de l’esprit du monde et de lui proposer le meilleur, même s’il est exigeant».

« Certains pays préfèrent avoir plus de temps pour l’approfondissement de la Déclaration qui, en fait, propose la possibilité de ces bénédictions mais ne les impose pas. Quoi qu’il en soit, nous réfléchirons encore sur la valeur du thème général de ce document, au-delà des seules bénédictions pour les couples en situation irrégulière, c’est-à-dire sur la richesse des bénédictions spontanées dans la pastorale populaire», précise le texte signé par le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa (RD-Congo) et président du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM).

Le SCEAM est une organisation qui réunit les responsables catholiques du continent africain. Au lendemain de la signature du Fiducia supplicans, l’organisation avait lancé une consultation de tous les évêques africains, afin trouver une réponse concertée suite aux premières réactions vives de certaines conférences épiscopales à la déclaration vaticane.

La position du SCEAM est un précédent historique dans l’histoire de l’Église. Jamais tous les évêques d’un continent ne s’étaient ainsi désolidarisés publiquement d’une instruction romaine. De quoi faire dire à certains que la figure même du pape s’en trouve fragilisée.

Le monde en vrai