Procès du 28 septembre: le président interdit des positions régionalistes

0
6874

Au début  de l’audience de ce mercredi, le 23 novembre 2022, le procureur Sidiki Camara a informé le tribunal sur la menace  dont il a été victime après l’audience du mardi. Face à cela, le ministère public a indiqué qu’il ne cédera nullement à la menace. à de telles pratiques. Informant le tribunal,  le procureur Sidiki Camara a indiqué que:  » le parquet a été victime de menaces ».

« Cette menace, nous la prenons au sérieux parce que nous sommes dans un procès qui est suivi à travers le monde entier. Le ministère public est le représentant de la société dans un procès. Et nous tenons à préciser que ce travail,  nous allons le mener au prix de notre vie. Sous réserve donc Monsieur le Président de faire enclencher des poursuites sur la base des dispositions de l’article 282 du code pénal, nous tenons ici Monsieur le Président à rappeler que nous ne céderons à aucune menace et quiconque essayerait de nous menace, puisque la loi est là, elle est faite pour le monde, nous allons faire enclencher des poursuites. Nous tenons ce matin Monsieur le Président à porter ça à votre connaissance », a-t-il dit.

 

Sur le même volet, le juge Ibrahima Sory 2 Tounkara a non seulement apporté  son soutien au ministère public mais aussi à mettre en garde.

« Si c’est effectif qu’il y a des menaces qui commencent à planer sur les membres du ministère public, le tribunal même va s’associer à cela pour dire que dans ce procès, tous les acteurs de ce procès ne font que leur travail. Le tribunal est saisi des événements qui se sont déroulés au stade du 28 septembre 2009 et ce tribunal ainsi que tous les autres acteurs sont en train de tout faire pour que le monde entier sache effectivement ce qui s’est passé ce jour et cette action n’est dirigée contre personne. Tout ce qu’on fait c’est de rechercher les coupables, savoir ce qui s’est passé et réprimer ceux qui doivent être réprimé »,a dit le président.

Par ailleurs, le président indique que : » le tribunal nous informe qu’elle n’acceptera pas certains propos. Surtout ethniques ou regionalistes. Ce procès,  il n’est pas un procès ethnique ou regionaliste. Ce procès est organisé pour la manifestation de la vérité comme je l’ai tantôt dit. Et ce sont des Guinéens qui sont là. Parce que toutes les composantes sont  représentées dans ce procès.  Donc, ce n’est pas dirigé contre une ethnie ou une région. Il faudrait que tous les acteurs comprennent cela », a-t-il précisé.

Kadiatou Kamara