Lélouma: l’intégration et l’expérimentation ratées des chèvres rousses du Niger au Fouta Djallon

8136

Dans le but d’impulser la production du petit élevage familial, le ministère de l’Elevage avait envoyé à Lélouma 16 chèvres rousses venues de Maradi (Niger) dont 12 femelles et 4 mâles.

A ce jour,  sur 16 chèvres rousses importées du Niger, il resterait 5 chèvres, dont 4 femelles et un mâle a Lélouma.

Le Directeur préfectoral de l’élevage, M. Rahimi Baldé, attribue la mort des 11 animaux à la mauvaise acclimatation et au changement opéré dans leur alimentation.
Selon l’expert, ces animaux habitués au fourrage sec et au climat sahélien, n’ont pas pu s’adapter au climat foutanien et tropical de la guinée.

D’après ce technicien de l’élevage, son service a effectué des autopsies sur plusieurs chèvres mortes. Et les résultats n’ont révélé aucune maladie. Selon certaines autorités ; Le ministre de l’élevage exige des techniciens des services des rapports et explications techniques qui couvriraient une forte dose de négligence et de laxisme.

Les vétérinaires n’ont pas joué correctement leur rôle dans le suivi des chèvres rousses importées de Maradi au Niger. Des mesures disciplinaires seraient même envisagées pour négligence coupable dans l’entretien des chèvres rousses.

AGP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here