Présentation de la première phase du programme d’appui aux GIEet aux entrepreneurs: le message rassurant du secrétaire général du ministère de l’Industrie et des PME

127

Lors de 3eme la session du comité de pilotage du Fonds d’appui aux GIE et Entreprises dans un réceptif hôtelier de la place, à Conakry,  le secrétaire Général du département de l’industrie et des PME, M. ALSENY SYLLA à lancé  un message fort et rassurant aux membres du comité. 

Nous vous livrons l’intégralité de son discours. Lisez!

Je vous félicite d’abord de la disponibilité dont vous avez fait montre à la suite de la confiance qui a été placée en chacun de vous par le gouvernement pour être la structure d’orientation d’un programme aussi sensible mais aussi important que le programme d’appui aux groupements d’intérêt économique que vos entreprises à comme un outil de résilience à la pandémie de la COVID-19.

Les résultats auxquels vous avez abouti sont élogieux puisque au niveau du département de tutelle nous avons régulièrement reçu les rapports à mi-parcours, nous avons été régulièrement informé par monsieur le directeur du Fond de l’évolution surtout de la détermination qui vous ont caractérisée dès vos prises de fonction. Je voudrais à cet égard vous féliciter et vous remercier. Ce n’était pas donné ni gagné à l’avance.

Vous savez, lorsque nous sommes dans une situation exceptionnelle dans notre pays, il y a trop de conflits d’intérêt. Nous avons essayé sachant cela de mettre un peu de garde-fou dans les textes qui ont caractérisé le fonds. C’est vrai, nous avions des inquiétudes dès le début, si vous regardez les décrets, ils ont y a mis beaucoup de choses comme étant des éléments qui pouvaient attenuer sinon annuler complètement les velléités dont je fais allusion tout de suite. Mais au-delà de çà, vous avez fait preuve surtout ce professionnalisme.

Ceci me paraît important au regard des compétences parce que je connais la plupart des cas parmi vous. Donc vous avez fait la preuve professionnalisme et c’est ce qui nous rassure parce qu’au-delà de toutes les contingences qui avaient autour de ce programme . Vous avez réussi aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays à donner la confiance à nos compatriotes. Parce que cette maladie qui a frappé le monde entier avait plusieurs vicissitudes.

Et surtout des petites moyennes entreprises qui sont par essence très fragiles. Même si elle représente l’épine dorsale de notre économie, la caractéristique qu’elles ont principalement sont très fragiles et elle résistent moins au choc économique. Lorsque le gouvernement décide de venir en aide en terme d’accompagnement à ces entités économiques, vous qui avez la charge de les accompagner qu’il est clair que votre tâche n’est pas facile.

Mais nous avons aujourd’hui des résultats, c’est vrai, monsieur le Directeur l’a dis avec modestie, on est pas toujours entièrement satisfait mais en ma qualité d’ancien directeur de structures d’accompagnement des entreprises, je peux vous dire que vos résultats sont élogieux. Je le dis sans aucune démagogie au regard d’abord des ressources qui avaient été mis à votre disposition et de la pertinence des activités que vous avez pris en charge et que certainement vous allez examiné aujourd’hui, je me dis que nous sommes bien partis. Alors qu’est ce qui reste à faire, à mon avis deux choses :

Prémièrement et ‘est le plus important les ressources sont allées vers les bénéficiaires ce n’est toujours pas facile, une chose est de donner les ressources l’autre chose est de vérifier si les ressources ont été destinées aux fins pour lesquelles elles ont été données. Ceci me parait extrêmement important. Donc la tâche n’est pas simplement d’allouer les ressources aux groupements d’intérêt économique ou aux PME. La charge la plus difficile c’est de savoir quels sont les objectifs qui étaient fixés par les bénéficiaires eux- mêmes.

Est-ce que ces objectifs ont été atteints si ils ont été atteints, c’est que la mission qui nous a été confiée par le gouvernement est atteinte mais nous avons des expériences ici, monsieur le conseiller du premier ministre le sait nous avons des expériences oû nous avons eu par le passé des fonds qui ont été dégagés par l’État donnés à des gens mais par la suite, on s’est rendu compte dès que les premières phases sont terminées comme si on avait rien fait.

Ceux à qui ces fonds ont été donnés qui semblaient être des pauvres sont devenus plus faibles. On dirait qu’ils n’ont jamais reçu de ressources. Aujourd’hui le défi pour nous est de mettre un dispositif en place qui vous permet de suivre ces entreprises et des groupements des ressources. Parce que la plupart du temps, nos compatriotes pensent que quand les ressources sont d’origines publiques c’est que c’est leur part qu’on leur a donné. Surtout qu’il y’a la maladie.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Industrie a été très clair au lancement, ce n’est pas une subvention qu’on donne. Donc il faudrait qu’au niveau du comité de pilotage que la réflexion aille dans ce sens.

La deuxième chose à mon avis, c’est comment relancer une seconde phase et élargir l’éventail des bénéficiaires, c’est vrai que le décret est clair sur certaines choses.
Je voudrais vous dire, en tant que structure d’orientation, en tant que comité de pilotage vous avez la possibilité dans votre intime conviction d’avoir d’appuyer des secteurs même si auparavant ces secteurs n’étaient pas initialement indiqués, de les accompagner.

Quitte à ce que dans le rapport que vous aller produire, le gouvernement comprenne que tout n’était pas fermé et que il y avait la possibilité parce que sur la base de l’analyse de la situation économique que vous serez amené de faire que nous prenions en comme surtout à l’intérieur du pays des secteurs qui méritent d’être accompagnés aussi. Parce que cette pandémie à touché non seulement le secteur économique, le secteur social même les ménages. Mais le gouvernement à différent niveau est entrain d’intervenir pour que chaque structure à l’échelle sociale puisse être concernée par la résilience.

Je voudrais interpeller également le comité de pilotage sur cet aspect. Ceci me paraît important et ceci étant, je voudrais terminer en vous disant que le gouvernement vous à fait confiance, il est bon dès la fin de la première phase qu’un rapport détaillé puisse être soumis au gouvernement pour que vous puissiez déjà donner des résultats. Quels sont les objectifs qui vous ont été assignés ? Dire au terme de votre évaluation et dans votre rapport si les objectifs ont été atteints, les difficultés que vous avez rien montrées, les recommandations que vous pouvez faire.

Déjà, je peux vous annoncer ici compte tenu des résultats de la première phase. Nous au niveau du département de tutelle nous sommes entrain de travailler pour que avant même la fin de la première phase qu’il y aie un réabonnement en terme de ressources plus appropriées pour que cette opération qui est déjà bien partie comme je l’ai dis ne puisse pas s’arrêter en si bon chemin. Donc la tâche n’est pas terminée vous avez en mer le travail devant vous. Et je voudrais à cet égard vous encourager et vous rassurer de l’appui de monsieur le ministre d’État , ministre de l’industrie et des PME.

Décryptage de Kélètigui Rabah Camara 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here