la victoire des Éléphants sur leur sol, un gain politique pour Alassane Ouattara –

0
321

La Côte d’Ivoire a remporté dimanche, pour la troisième fois dans son histoire, la Coupe d’Afrique des Nations. C’est un sacre pour les joueurs. Cela marque aussi un point positif pour le président ivoirien, Alassane Ouattara, dont le gouvernement était sous pression pour que toutes les installations soient prêtes à temps. Le président recevra les joueurs victorieux ce mardi.

Abidjan est en liesse lundi 12 février depuis le coup de sifflet final, la veille, qui a mis un terme à la victorieuse épopée ivoirienne à la CAN. AFP – ISSOUF SANOGO

La fête se poursuit en Côte d’Ivoire après la victoire des Éléphants 2-1 contre le Nigeria, dimanche soir, en finale de la 34ème Coupe d’Afrique des Nations. Une journée festive, qui s’est clôturée par un concert au stade Félix-Houphouët-Boigny, où de nombreux Ivoiriens s’étaient déplacés pour dire leur joie d’être champions d’Afrique. Un peu plus tôt, hier après-midi, les joueurs ont fait le tour d’Abidjan, dans une caravane, pour présenter le trophée.

Les vainqueurs paradent à Abidjan, lundi 12 février 2024. AFP – SIA KAMBOU

 

ll est 15h pile, et les joueurs apparaissent devant un public surexcité. Il y a là des familles, de simples curieux, et des fans de foot, venus voir de plus près leur star. À l’image de Daouda, qui immortalise la scène sur son téléphone : « Mon joueur préféré c’est Adingra parce qu’il a vraiment mouillé le maillot, il s’est donné pour sa première participation à la CAN. Vraiment c’était formidable, il a tout explosé, on est vraiment content de lui. »

Les joueurs se tiennent debout, à l’arrière d’un bus à plateforme. Leur véhicule s’ébranle lentement dans le cœur de la commune de Cocody, pour ensuite faire le tour du sud de la ville. Casquettes et maillots orange, de nombreux Ivoiriens marchent à côté du cortège. Comme Karène, prête à braver la canicule : « Nous avons organisé la plus belle CAN et nous sommes fiers d’eux. On vient leur rendre hommage, les soutenir et les accompagner jusqu’au stade Houphouët-Boigny. On va beaucoup marcher, c’est une immense fierté pour nous. »

Le public veut saluer les prouesses des Éléphants, qui ont difficilement démarré cette compétition. « Remporter la CAN chez soi, cela faisait dix-huit ans, en 2006 en Égypte, que cela n’était pas arrivé, rappelle Cédric. C’est un véritable exploit vu comment la compétition avait démarré. Ils ont fait preuve d’une abnégation formidable. »

 

Un pays en communion, classe politique comprise

Après la fête populaire hier soir, les Éléphants seront reçus ce mardi par le président, Alassane Ouattara, pour un hommage plus solennel.

 

Le président ivoirien avait promis d’organiser « la plus belle CAN de l’histoire ». Le défi semble relevé : aucun incident majeur n’a été signalé. Les Ivoiriens vivent des moments de communion autour de la troisième étoile désormais accrochée au maillot de l’équipe nationale.

 

Et de manière unanime, la classe politique se réjouit de cette victoire. Dans un communiqué, le PPA-CI de Laurent Gbagbo salue « un effort collectif et un vibrant esprit de patriotisme ». De son côté, Tidjane Thiam, le leader du PDCI, note que cette victoire est une « leçon de résilience et de détermination ». Sur cette lancée, le président de ce parti d’opposition félicite les autorités et notamment le président Alassane Ouattara pour l’organisation de cette CAN.

 

Les autorités sont donc parvenues à créer une unité autour d’une cause commune, le football, éclipsant par la même occasion les débats soulevés début janvier, suite à un rapport de la Cour des comptes, qui pointe des problèmes dans les recettes liées à la délivrance des pièces d’identité.

C’est un acquis de plus dans le bilan qu’affichera le camp présidentiel l’année prochaine, lors des échéances électorales, puisque cette CAN a permis de mettre en lumière l’état avancé des infrastructures dans le pays.

 

Rfi