L’histoire de la Sud Africaine aux dix (10) bébés est fausse ( enquête )

0
232

L’affirmation selon laquelle la Sud-Africaine Gosiame Sithole a donné naissance à dix bébés au début du mois est fausse, selon une enquête officielle. Selon le gouvernement provincial, aucun hôpital de la province de Gauteng n’a enregistré la naissance de décuplés.

Des tests médicaux montrent que Mme Sithole n’a même pas été enceinte récemment, a-t-il ajouté.

La jeune femme de 37 ans est désormais placée en observation en vertu de la loi sur la santé mentale et bénéficiera d’un soutien.

La déclaration n’a pas donné de détails sur les raisons de la fabrication de l’histoire.

Independent Online (IOL), le groupe de médias propriétaire du Pretoria News, qui a été le premier à rapporter l’histoire, avait maintenu son reportage.

Il a poursuivi en affirmant que Mme Sithole avait mis au monde les enfants le 7 juin à l’hôpital universitaire Steve Biko (SBAH), dans la capitale, Pretoria, et que le personnel était mal préparé.

Elle a accusé l’hôpital et les autorités sanitaires provinciales de tenter de dissimuler une négligence médicale.

« Ces allégations sont fausses, non fondées et ne servent qu’à ternir la bonne réputation du Steve Biko Academic Hospital et du gouvernement provincial du Gauteng », indique la dernière déclaration.

Des poursuites judiciaires seront engagées contre le rédacteur en chef du Pretoria News, Piet Rampedi, et IOL, précise le communiqué.

D’où vient cette histoire ?

Mme Sithole, qui a des jumeaux de six ans, et son compagnon Teboho Tsotetsi vivaient à Thembisa, un township comptant de nombreux habitants de la classe ouvrière dans la province de Gauteng, près de Johannesburg.

Selon IOL, ils fréquentaient la même église que Rampedi, qui leur a été présenté en décembre. En mai, il aurait interviewé le couple, qui aurait déclaré attendre huit bébés – une séance de photos montre Mme Sithole lourdement enceinte.

Le 8 juin, Pretoria News a annoncé la naissance surprise de dix bébés, citant M. Tsotetsi comme source. Il a ensuite déclaré avoir reçu un SMS de sa compagne lui annonçant la nouvelle, ajoutant qu’il n’était pas autorisé à se rendre à l’hôpital en raison des restrictions liées au coronavirus.

Rampedi s’est également appuyé sur des messages WhatsApp – et n’a pas obtenu de confirmation indépendante de l’hôpital de l’histoire.

Le maire local a ensuite confirmé les naissances – c’est à ce moment-là que d’autres médias, dont la BBC, ont publié l’histoire – mais un porte-parole du gouvernement a ensuite déclaré que le politicien n’avait que la parole de la famille et que personne n’avait encore vu les bébés.

Les dons ont commencé à affluer pour le couple et ses bébés, surnommés les « 10 de Thembisa », dont 1 million de rands (70 000 $ ; 50 000 £) de la part du président de IOL, Iqbal Survé.

Mais l’histoire a attiré les soupçons après que Pretoria News ait omis de divulguer l’hôpital où les bébés sont nés et qu’une série d’hôpitaux de Gauteng aient démenti leur implication.

Dix jours après les prétendues naissances, IOL a porté les accusations contre SBAH.

Le couple a semblé se brouiller par la suite, M. Tsotetsi signalant sa disparition et demandant aux gens de cesser leurs dons une semaine plus tard, tandis que Mme Sithole l’accusait de vouloir tirer un bénéfice financier des bébés, selon le Pretoria News.

Entre-temps, des travailleurs sociaux ont réussi à retrouver la trace de Mme Sithole, qui a été admise à l’hôpital pour des examens vendredi dernier, selon les autorités provinciales de Gauteng.

Un mémo divulgué, vu par News24, prétend que Rampedi s’est récemment excusé auprès de IOL pour « l’atteinte à la réputation » que l’histoire a causée au groupe, disant qu’il aurait dû traiter l’histoire comme un travail d’investigation plutôt que comme une « histoire pour que les gens se sentent bien ».

Source : BBC Afrique